C’est le début de la soirée, vers 7:00. Peut-être 7h30. J’ai participé à un tir 3D tout l’après-midi. Je n’ai pas gagné mais j’ai obtenu un score très élevé et je suis rentré chez moi avec quelques-uns des principaux prix. Le shooting s’est en fait terminé vers 16h00 mais je me suis arrêté chez mes parents en rentrant. J’ai déposé les enfants là-bas ce matin en allant au tournage et ils se sont éclatés toute la journée, avec les chevaux et tout. Papa a demandé s’ils pouvaient rester la nuit, voire le week-end.

Il semble que cela occupe ses autres enfants. J’ai dit oui et comme je devais aller à Caen demain de toute façon, je déposerais quelques vêtements supplémentaires dans la matinée et je pourrais récupérer tous les enfants en revenant.

Maman avait préparé des lasagnes et m’a demandé si je voulais rester pour le dîner. De toute façon, tu organisais une soirée de danse ou autre, alors j’ai décidé de rester. Le souper était super et je t’ai téléphoné pour savoir si tu voulais que je ramène une assiette. Tu as dit non, car il restait beaucoup de choses à manger de ton pot de bienvenue. Les filles avaient toutes apporté des assiettes exotiques de côtes grecques et à l’ail, de feuilles de vigne farcies, de baklava, de gâteau au fromage cuit au four et d’autres spécialités ethniques. D’après la façon dont tu avais parlé au téléphone, je me doutais qu’il y avait aussi beaucoup de vin qui coulait. Tu avais l’air bien au téléphone. Ce petit pétillement dans ta voix qui me donne toujours envie de toi. Tu avais montré des vidéos et des diapositives et il semblait que tout se passait très bien.

J’arrive à la maison, fatiguée mais exaltée, le genre d’euphorie naturelle que l’on ressent après un effort total, en faisant de son mieux et en réussissant. Wally avait assisté au tir et m’avait demandé si je voulais aller chasser l’élan avec lui et ses copains le week-end prochain. J’avais sauté sur l’occasion et j’avais hâte de le dire à quelqu’un. Alors que j’entre dans la maison, tu montes les escaliers pour me saluer. Tu es pieds nus et tu portes une robe longue, noire, décolletée avec une fente sur le côté. Très haut sur le côté. On dirait presque un cache-cœur. Elle doit être nouvelle car je ne me souviens pas que tu l’aies déjà portée auparavant. Tu es superbe et je reste là à te fixer pendant une minute. Tu as ce même pétillement dans ton sourire que j’ai entendu dans ta voix plus tôt. Tu te glisses vers moi et, en enroulant tes bras autour de mon cou, tu me donnes un baiser chaud, profond et passionné. Alors que je t’embrasse en retour et que je lutte pour me soulager des encombrements que je porte dans mes mains, tu frottes ton corps contre le mien d’une manière qui fait défaillir mes genoux et qui dit : “attends juste que nous soyons seuls. Je vais bouleverser ton monde.”

J’entends des rires venant du sous-sol et quelqu’un appelle ton nom. Je ne reconnais aucune voix mais on dirait qu’ils passent un bon moment. Elle te crie de ne pas oublier la glace en descendant et je sais que ce n’est pas seulement du vin que vous avez consommé. Tu me dis que tu as presque fini et tu me demandes si je veux descendre pour manger.

Je te dis que j’ai besoin d’une douche car je suis toute chaude et en sueur et que je descendrai peut-être plus tard, après tout, “X Files” ne passe-t-il pas dans un moment ? Tu fais une blague sur le fait que tu ne dois pas te doucher pour la partie “chaude et moite”, tu attrapes mes fesses et tu t’enfonces à nouveau dans moi. Nous rions tous les deux.

Tu me demandes comment va ma bite et je réponds : “Ça va, mais toute cette marche dans la brousse sur un sol irrégulier a fait travailler des muscles qui n’ont pas été utilisés depuis très longtemps. Ce n’est pas si mal maintenant mais je sens que ça va être douloureux demain matin.” Tu me proposes de me masser les jambes plus tard, quand tout le monde sera parti, puis tu ramasses la glace et redescends par les escaliers.

Je range mes affaires, attrape une côte grecque sur le plateau posé sur le comptoir et fais couler l’eau. Je décide de prendre un bain d’abord, je bouche la baignoire et je retourne à la cuisine pour une autre côte. Même froides, elles sont bonnes. Je note mentalement de m’assurer que nous aurons la recette. Je vais dans la chambre, me déshabille, attrape mon short rouge, vérifie qu’il n’y a personne dans le salon et, tout nu, me précipite dans la salle de bain.

J’ai été au soleil toute la journée alors j’ajoute quelques giclées d’huile à l’eau du bain. L’eau est chaude et je dois entrer lentement. Une fois dedans, je me détends et laisse les eaux apaisantes détendre mon corps endolori. Le goût de ton baiser persiste encore sur mes lèvres et dans mon esprit. Ta bouche était si douce et chaude et pourtant ouvertement lascive. Je ferme les yeux et l’imagine à nouveau, cette fois en tant qu’observateur plutôt que participant, regardant tout cela se passer comme dans un film. Je te vois fermer les yeux et attirer ma bouche vers la tienne. Ta langue qui sonde, tes mains qui tiennent mon cou, ton corps contre le mien. Dans ma vision, nous sommes nus et je vois et sens que tu presses à nouveau ton corps contre le mien.

Mes mains se déplacent pour toucher l’endroit où tu m’as touché. Ma jambe a encore le souvenir de toi. C’est drôle, non ? Je pensais que la mémoire résidait dans le cerveau. Pas si drôle, je me dis. Mon corps ne pourra jamais oublier ton corps. La façon dont nos corps dorment enlacés semble plus naturelle que la position fœtale.

Mes mains ont un esprit qui leur est propre et elles se souviennent aussi de ton corps. Elles commencent à caresser mon corps comme tes mains le font habituellement. Elles caressent doucement ma poitrine, descendent sur mon côté et reviennent sur mon abdomen. Des souvenirs d’expériences passées défilent dans mon esprit. Une anticipation croissante commence derrière mes genoux et envahit tout mon corps.

Depuis le bain, j’entends les allées et venues de ton groupe. Les rires et la jovialité rayonnent du rez-de-chaussée, sortent par la porte arrière et se retrouvent dans l’allée. Tu as l’air si bien. Ta voix est claire et reconnaissable. Mon Dieu, je t’aime. Je me demande si je te l’ai dit aujourd’hui.

Cette eau est si chaude et l’huile qui s’y trouve rend ma peau si douce. Je prends une profonde inspiration et plonge ma tête sous l’eau. Même sous l’eau, je peux entendre ton rire. Cela remonte mon moral et mon niveau d’anticipation. Un “tweak” sous ma taille m’indique que mon pénis a aussi commencé à remarquer. Je me demande depuis combien de temps je suis dans la baignoire et combien de temps encore il me reste avant X Files, mais ces pensées sont noyées par ces autres vagabondages de mon esprit.

D’elles-mêmes, mes mains ont trouvé l’intérieur de ma cuisse. Elles commencent à caresser doucement le dessous de mes testicules et de mon pénis. Mon esprit imagine que mes mains sont ta langue, se déplaçant lentement et sans hâte. Goûtant, sondant, explorant, appréciant. C’est un rêve éveillé des plus délicieux.

Après un moment, je prends conscience du fait que je n’entends plus personne. Je lève la tête et écoute… juste toi qui bricole dans la cuisine. En regardant ma montre sur l’arrière des toilettes, je vois que je suis là depuis plus d’une demi-heure. Je soulève le bouchon, me lève et prends ma douche.

Pendant que je me sèche, tu passes ta tête et tu me demandes si je veux un verre de vin. “Un demi-verre”, réponds-je et j’enfile mon short. Tu reviens avec le vin mais avant de me le donner, tu passes ta langue dans ma gorge, sur mon menton et tu termines par un autre baiser profond et probant qui me donne la chair de poule. Je crois détecter un soupçon de Kaluha et, avec un sourire entendu, je te demande ce que tu as fait.

Tu me fais un sourire mystérieux et réponds de façon énigmatique que je devrais plutôt m’inquiéter de ce dans quoi “je vais” m’embarquer. Je te demande ce que tu veux dire par là, mais tu te penches en avant et tu me chuchotes à l’oreille que tu ne portes pas de sous-vêtements.

Je tente de te rendre la pareille en te donnant la chair de poule en léchant ta gorge jusqu’à un baiser tout en tendant ma main vers la fente de ta jupe et en faisant glisser mes ongles doucement sur ton abdomen. Je confirme également que tu n’as effectivement pas de culotte. Je sens physiquement ton ventre se contracter et tu perds ton souffle en rompant le baiser et en riant. “Maintenant, nous sommes au moins à égalité”. Je me dis.

Je garde mon bras autour de ta taille tandis que je brosse mes cheveux en arrière, sans raie. Tu t’enfonces dans mon corps, pose ta tête sur mon épaule et regarde dans le miroir jusqu’à ce que j’aie terminé. “Fini ?” demande-tu. Je hoche la tête. De derrière ton dos, tu sors un bandeau et tu commences à l’attacher autour de mes yeux. “Qu’est-ce que c’est ?” Je demande. Tu me dis de ne pas faire attention et de ne pas regarder. C’est une surprise.

Tu attrapes mon vin et me conduis en bas. Je ne peux pas voir mais il fait sombre avec des bougies allumées et une musique douce en fond sonore. Tu me conduis à un endroit sur le sol où tu as déjà étalé une couverture et tu me dis de m’allonger sur le dos pour que tu puisses me masser les jambes. Avant que je ne m’allonge, tu prends ma main et tu y déposes doucement un petit verre. Un tireur. Mon Dieu… tu t’es bien amusée, n’est-ce pas ?

J’avale le verre et je suis doucement repoussée sur la couverture. Je sens que tu t’agenouilles ou que tu t’assieds à côté de moi. Tu commences par caresser doucement mon corps. En travers de la poitrine, le long des bras, en remontant le dessous du bras, le long de mon côté. Tu descends lentement jusqu’à mes jambes. Un peu d’huile chauffée est versée sur mes genoux. C’est parfumé. Quel parfum, je ne sais pas, mais je suis sûre que c’est l’un de ceux d’une liste d’aromathérapies. Je suppose que ce serait une détente mais te connaissant, cela pourrait aussi être un énergisant. Tu continues à masser mes jambes, d’abord l’une puis l’autre. Tu passes du pétrissage du muscle à la caresse de l’intérieur de la cuisse. Tu me demandes si je veux plus de vin. Je dis que ça va. Tu me demandes si j’ai faim. Je détecte quelque chose dans ta voix qui me fait savoir que tu ne parles pas de plus de côtes à l’ail. Je réponds que je “pourrais l’être… selon ce qu’il y avait au menu”.

Je te sens te déplacer en te levant, remonter ta robe et te repositionner sur mon visage. Je te goûte. Tu es déjà humide… et douce. Mon Dieu, tu as un goût sucré. Ma langue danse dans et autour des coins et recoins qui sont toi. Mes mains remontent pour caresser tes fesses. J’enfouis mon visage dans ton doux manchon, respirant, goûtant, sentant le toucher. J’adore ça. Je n’ai jamais cessé d’être étonnée de voir à quel point tu peux avoir un goût totalement différent à différents moments de ton cycle. Parfois tu es douce comme du miel… parfois piquante… parfois tu n’as aucun goût ni aucune odeur. C’est ironique mais le “rien” est celui que je préfère le moins. C’est comme essayer d’apprécier un repas gastronomique alors que tu as un rhume de cerveau. Tu sais que tu devrais profiter de la saveur, mais tu ne sens rien du tout. Mes mains te tirent plus fort sur mon visage. Ma langue s’enfonce plus profondément… pour essayer d’absorber tout ce miel sucré. Je t’entends respirer plus vite, moins profondément. J’aime quand tu aimes ça. Tu me demandes si je veux changer de position. Je demande quelle position tu avais en tête. Tu réponds “sur le canapé avec moi assise sur le sol devant”.

“J’adorerais. Montre le chemin. Veux-tu une chaise pour poser tes jambes ?”

“Je m’en suis déjà occupé.” Tu réponds et je me dis que tu dois avoir déjà tout scénarisé.

On m’aide à me lever et on me montre où m’asseoir. Je sens que tu t’assieds en face de moi. Tu remontes ta robe et te baisse pour me donner accès à ta chatte humide. J’enterre à nouveau mon visage. Mes mains remontent et passent sur ton abdomen pour jouer dans tes poils pubiens.

J’ai toujours aimé ton goût piquant, mon nez parcourant tes poils pubiens bien fournis comme une charrue tirée par un cheval à l’ancienne, retournant la terre et la rendant prête à recevoir les graines qui deviendront la nouvelle croissance de l’été. Ma langue est cette graine… plantée profondément… fertilisée par mon propre souffle chaud et auto-arrosée par l’humidité émanant de ce sol riche. Je suis émerveillé par la taille de ton clitoris. Tu dois être VRAIMENT excitée. Je sais qu’il gonfle quand tu es excitée mais je ne me souviens pas qu’il ait jamais été aussi gros. Je ris et le prends entre mes lèvres pour le sucer et le chatouiller avec ma langue. Tu sembles si nouvelle pour moi. J’ai l’impression d’être une jeune fille de 17 ans tâtonnant avec ma propre virginité. Je suis ivre de choses qui me semblent tellement nouvelles et différentes.

Une question qui se trouve sous la surface de ma conscience se libère enfin et se fait connaître à mon esprit conscient. Quelque chose EST différent. Tes cheveux… bien sûr maintenant, mais n’étaient-ils pas doux il y a juste une seconde. Tu changes de goût parfois… mais pas en 30 secondes. Est-ce que cela ressemble à la robe que tu portais à l’instant ? Je fais une pause, mon esprit désorienté.

Je sens que tu marches derrière moi. Tu t’agenouilles et passes ta langue le long de ma nuque. Tes bras entourent ma poitrine. Je sursaute, totalement perdu maintenant. Mes mains se lèvent pour retirer le bandeau mais tu m’arrêtes.

“Pas de coup d’œil”, dis-tu. Tu ris avec d’autres personnes. Combien je ne sais pas, deux, peut-être trois autres, et toutes des femmes je pense.

Tu chuchotes à mon oreille… un seul mot… “Profite“. Une vague de réalisation m’envahit alors que je commence à comprendre. Tu t’assieds derrière moi et tu enroules tes bras autour de mon corps, ta poitrine plaquée contre mon dos, tes jambes autour de ma taille et ta tête sur mon épaule. Je n’ai aucune idée de la personne qui est assise devant moi mais elle vient de se décaler un peu pour que je puisse lui faire plaisir plus facilement. Mon esprit nage dans cette vague de confusion… je me bats pour garder la tête hors de l’eau.

“Tu as fait ça pour moi ?” Je pense… sans savoir si je le dis à voix haute ou non.

“Je t’aurai pour ça”. Je le dis à voix haute.

“J’y compte bien.” Tu réponds. “Mais après… pour l’instant, tu as un autre travail à faire.”

Je retourne à la tâche en cours. Il y a quelqu’un qui a besoin d’être satisfait et quelqu’un qui a hâte de plaire.

Je plonge directement dans l’eau, ma langue ouvrant la voie. L’arôme piquant flotte dans mon nez et j’enfouis ce nez dans un endroit doux, humide et chaud. Mon nez étant occupé, ma langue est libre de lécher, sucer, tourner et taquiner. Tes mains continuent de caresser ma poitrine et mon abdomen, prenant le temps de se poser sur mon nombril et mes mamelons avec des incursions jusqu’à mes cuisses. J’entends un doux gémissement s’échapper de la personne sur le canapé. Elle commence à se tordre et à se rouler. Après un moment, ses mains se tendent et attrapent mes cheveux. Elle dirige ma langue vers son point magique. Je la prends dans ma bouche et entre mes dents. Il est vraiment beaucoup plus grand que le tien. Je suce profondément toute la zone et je chatouille son clitoris avec des mouvements frénétiques de ma langue. Mes mains se promènent librement sous sa robe d’été légère, de ses seins à ses fesses. Au moment opportun, je déplace une main et pousse mon doigt profondément en elle. En tournant mon poignet, je suis capable de frotter le haut de son tunnel tout en maintenant l’action avec ma bouche. Elle enroule ses jambes autour de ma tête et serre, tirant toujours mes cheveux avec ses mains. Ses gémissements sont devenus plus intenses, sa respiration plus courte et plus profonde. Elle commence à marmonner mais je ne peux pas la comprendre, ses cuisses couvrent mes oreilles. Je chatouille son anus avec un doigt libre de la main qui est toujours profondément en elle, mon autre main caressant et pinçant son téton. Elle crie. Elle est devenue très active, ses mouvements montrent un sentiment d’urgence. Elle se cambre, se tend, redresse et écarte ses jambes et tire violemment sur mes cheveux. Ses jambes s’affaissent alors qu’elle force ses hanches contre mon visage. Tu me serres fort dans tes bras. “Je t’aime”, murmure-tu à mon oreille. Ces simples mots me coupent à nouveau le souffle. Je tourne la tête et t’embrasse carrément sur la bouche, aspirant ta langue profondément dans ma gorge. J’ai le droit à cette petite déviation… mais pas pour trop longtemps. Avec une secousse de mes cheveux, on me rappelle que j’ai encore d’autres affaires inachevées. Cette personne… qui qu’elle soit… est devenue TRÈS insistante. Je reporte mon attention sur cette “créature dans le besoin” et attaque ce tunnel fumant avec acharnement. Elle est tellement humide. Son jus est étalé sur tout mon visage et j’adore ça. Elle glisse encore plus bas sur le canapé… poussant plus fort sur mon visage… ses pieds sont sur mes épaules et elle se cabre et se frotte. C’est une course folle… et je dois me battre pour ne pas tomber.

Je commence à passer ma langue sur toute la zone… en léchant tout ce que je peux… du haut de la fente de son cul à son nombril. Je suce et mords le petit point sensible juste à l’extérieur de sa boîte, là où le haut de la jambe rencontre d’abord les poils pubiens. Elle se cabre comme une folle et son corps entier semble convulser chaque fois que je croise son clitoris avec ma langue. Ma main trouve à nouveau son entrée et j’insère d’abord un… puis deux… puis trois doigts. Je commence à les remuer et à explorer l’intérieur de cette grotte profonde et sombre. Je me sens comme un explorateur. Avec un peu de repositionnement, je découvre que je peux aussi continuer à apprécier de manger. Un avantage supplémentaire est que mon autre main… maintenant libérée de l’obligation de me soutenir, est également libre de vagabonder et d’explorer. Elle parcourt tout son corps. Quand elle croise son visage, elle aspire mes doigts dans sa bouche… enroulant sa langue autour de mon majeur, sondant les jointures et donnant de petites morsures dans la chair tendre. Quand elle traverse ses seins, elle les caresse et les pince, envoyant de petits frissons dans le reste du corps. Quand il effleure son anus, elle se crispe et halète… se poussant plus fort contre ma langue et ma main. Elle gémit et crie vraiment maintenant. J’entends les autres femmes nues commenter et rire de ses pitreries, en partie pour la taquiner, en partie pour l’envier. Lorsque je saisis doucement ses lèvres intérieures avec mes dents, elle se pousse fort sur ma main. Je commence à pomper avec ma main, remuant mes doigts et atteignant des zones intérieures qui semblaient auparavant inaccessibles… tout en me concentrant de plus en plus sur les activités avec ma langue. Le canapé tremble et grince… les autres regardent simplement, abasourdis. Je pompe, je tords, je caresse et je suce et elle correspond à chacun de mes mouvements. Soudain, elle crie, attrape mes cheveux à deux mains et tire. Elle ne dirige plus ma tête… elle ne fait que tirer. Elle jouit… longtemps, bruyamment et fort.

Quand c’est enfin terminé, j’entends des respirations profondes et purifiantes, et elles ne viennent pas toutes de cette personne dont j’ai encore la langue qui danse lentement à l’intérieur de la boîte. Je ne m’étais pas rendu compte de la tension qui régnait dans la pièce. Lentement, ta main remonte pour couvrir la mienne… celle que j’utilise pour caresser sa poitrine. Tes doigts enlacent la mienne et la guident doucement vers la droite, où il y a quelqu’un d’autre assis. Sans arrêter ce que fait ma bouche, je commence à caresser les jambes nues de cette autre personne. Derrière le genou, l’intérieur de la cuisse, le haut de l’autre genou, partout sauf là où se trouvera finalement ma bouche.

La première semble plus détendue et prend une autre inspiration profonde et purificatrice. Elle relâche mes cheveux mais pas ma tête, elle n’est pas tout à fait prête à ce que j’abandonne. Mon autre main se retire d’elle et commence à jouer dans ses poils pubiens.

Après un moment, tu relâches ta prise sur moi et tu te lèves. La première femme fait de même et on me presse de me glisser sur elle. Je me laisse glisser avec mon visage et mon corps mais, pour l’instant, je laisse une main à la première femme, ses jambes tremblent et je peux sentir le tremblement sous mes doigts. J’aime ça… J’aime le fait que j’ai provoqué ça.

Cette deuxième femme est plus petite de taille, elle a un goût très doux et une épilation du maillot très haute. Je pourrais utiliser sa “saveur” comme garniture pour une crème glacée, c’est si doux. Je suis stupéfaite par la différence, pas seulement par le travail de cire mais par toute la différence anatomique. Je me délecte de la variété. Elle met plus de temps à jouir et je ne suis jamais vraiment certain du moment exact où c’est arrivé, mais je suis certain que c’est arrivé plus d’une fois. Elle gémit plus et est encore plus vocale, mais ses orgasmes ne deviennent pas intenses et “explosent” comme toi.

J’aime toujours quand tu jouis.

Je déteste toujours quand tu jouis.

Au bout d’un moment, je suis de nouveau poussé à glisser. Celle-ci, c’est toi… Je te reconnaîtrais n’importe où. Tu es assise sur l’ottomane avec la chaise derrière toi et des oreillers qui te soutiennent. Je plonge dedans comme un homme affamé. Tu as l’air si neuf. Tu viens de te raser TOUS tes poils pubiens – au cours des 10 dernières minutes. J’adore ça. Tu fais tout ce que tu peux pour te déguiser et me laisser deviner mais ça ne sert à rien… Je te reconnaîtrais n’importe où. Mon Dieu, j’adore ça. Mon Dieu, je t’aime pour m’avoir donné ça.

Tu sais exactement ce que tu veux et comment faire pour que je te le donne. Je te laisse me guider. Tu me fais t’emmener vers de nouveaux sommets que même toi tu n’as jamais atteints auparavant. Tu cries et tu es beaucoup plus vocale que je ne l’ai jamais entendu auparavant. Tu commences à te frotter à mon visage comme un cow-boy au rodéo. J’attends… en attendant mon heure… puis juste avant que tu n’atteignes le point de non-retour… je m’arrête ! Tout !

“Qu’est-ce que tu fais ?” tu cries.

“Je t’ai dit que je t’aurais pour ça”. Je réponds calmement.

“Amène ta putain de tête par ici”, demande-tu.

Je le fais mais je prends mon temps pour le faire. Tu es sur un tour de montagnes russes et même si tu conduis, je contrôle les pédales. Je t’emmène de plus en plus haut à chaque fois, et chaque fois que tu penses que le tour est terminé, nous refaisons le tour. Finalement, tu me cries dessus pour que je finisse. J’attends le bon moment, puis je me lève rapidement, je baisse mon short et je plonge ma queue épaisse de 18cm profondément en toi.

Cela te coupe le souffle. Tu halètes et tu as un orgasme foudroyant qui semble durer une éternité. Tu chevauches ma queue en m’égalant coup pour coup. Tu martèles ton corps contre le mien et enfonces tes ongles douloureusement dans mon dos. Tes mains arrachent mon bandeau. Nous sommes seuls. Ta bouche, déjà ouverte, cherche la mienne et dévore avec avidité tout mon visage pour finir par un baiser profond et passionné qui me pousse également à bout. Je m’enfonce dans toi, te remplissant, déversant mon jism et te remplissant à nouveau.

Je retombe sur le sol et tu tombes avec moi, nous sommes tous les deux épuisés. Nous nous serrons fort l’un contre l’autre. Je ne veux jamais te quitter. Je ne veux jamais quitter cela. Si je meurs maintenant, je mourrai heureux. Je veux pleurer et les larmes coulent dans mes yeux mais c’est tout ce qu’elles font. Nous sommes allongés là, incapables de parler.

Après un moment, j’ouvre les yeux et je vois qu’il est plus de 11 heures.

“Je suppose que nous avons manqué X-Files”. Je dis.

Tu ris et fais un geste pour te lever mais je proteste. Je suis encore dur. Toujours dur ou encore dur, je ne sais pas.

“Viens… allons nous coucher.” Tu dis. “Nous pouvons refaire l’amour là-bas, puis dormir sans avoir à bouger.” Je sais que nous devrions, mais cela signifierait sortir de toi et je ne veux pas faire ça. Je t’embrasse à nouveau. C’est ma façon de prolonger l’inévitable. Tu finis par te détacher. Mon pénis est si froid et nu sans toi dessus. Je déteste cette sensation… comme si quelque chose n’était pas tout à fait normal.

Je me lève et te suis à l’étage. “Alors… qui étaient ces autres filles ?” Je demande alors que nous montons les escaliers. Tu me dis que tu ne te souviens pas de leurs noms alors que tu me regardes de travers avec cette petite lueur dans les yeux. “Juste deux filles qui passaient par hasard devant la maison, je crois. Je ne me souviens vraiment pas où je les ai rencontrées.”

Il y a de nouveau cette lueur et je sais que tu ne me le diras jamais, (bien que, pendant les 4 mois suivants, je semble surprendre des gens qui me fixent… et je remarque des petits sourires de 6 ou 7 de tes amis qui semblent venir de nulle part… mais c’est peut-être juste mon imagination).

Quoi qu’il en soit… nous faisons à nouveau l’amour de façon fantastique avant de nous endormir dans les bras l’un de l’autre, en nous réveillant de la même façon. Tout comme tu avais dit que cela se produirait. Mon Dieu, je t’aime.

Cliquez sur la photo, ma femme me force à lécher ses copines, pour faire une rencontre discrète ! femme veut cunnilingus