C’est la première chose dont elle a pris conscience en se réveillant ce matin-là : sa main sur son cul. Elle était couchée sur le ventre et il était étendu sur le dos à côté d’elle. Sa main reposait sur sa joue droite, le bout des doigts accrochés sur le doux creux.

Son pouce la caressait et elle soupirait, complètement satisfaite.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux au lavabo de la salle de bain ; elle, se brossant les dents, lui, terminant un rasage rapide. Alors qu’il partait, elle s’est penchée pour cracher.

Elle a senti sa main tapoter et serrer chaque joue à tour de rôle lorsqu’il est passé.

C’était un dimanche matin. Alors qu’ils préparaient des toasts et des flocons d’avoine et qu’ils coupaient un pamplemousse, ils se sont croisés une douzaine de fois. Lorsqu’ils se sont assis pour manger, elle avait l’impression que ses joues bourdonnaient. Que ce soit sur sa robe de coton épaisse ou lorsqu’il se mettait à caresser sa petite culotte, chaque contact lui donnait une sensation de chaleur.

Elle se changea en pantalon de yoga et en vieux T-shirt. Il a enfilé son short de travail, prévoyant de tondre la pelouse. Elle s’est fait une idée de son cul en passant. Il ricana et ajusta la position de sa virilité, mais continua son chemin.

Stacy s’est occupée de quelques e-mails et a parlé un peu avec sa mère au téléphone. Fille qui aime tailler des pipes s’est tenue à la fenêtre de la cuisine et a regardé Jared pendant qu’elle parlait. Elle n’a pas beaucoup absorbé la conversation. Elle a joué avec ses tétons sous sa chemise et l’a regardé se mettre à transpirer.

Elle a dit au revoir à sa mère et a commencé à ranger la vaisselle propre loin du lave-linge. Quand il est entré dans la cuisine, il ne s’est pas contenté de tapoter et de presser. Jared est arrivé derrière elle quand elle s’est penchée et s’est pressée contre son cul parfaitement présenté.

Il avait remarqué, entre autres choses, un manque de lignes de culotte sous ses collants.

Stacy s’est appuyée contre lui, sentant une tige ferme fendre sa fente. Il s’est penché sur elle, une main glissant sous sa chemise pour s’emparer de sa poitrine. Il l’embrassa dans la nuque et lui chuchota : “Je t’ai vu me regarder. Peut-être que je devrais tondre nu la semaine prochaine ?”

Elle trembla de rire, puis se secoua un peu plus, juste pour se branler sur sa poitrine.

Mais ensuite, il s’est levé et s’est éloigné. Elle a fait la moue mais n’a rien dit.

Quand elle a fermé la machine à laver, Jared était devant le frigo, la porte grande ouverte, en train de boire dans sa cruche d’eau. Plutôt que de le réprimander comme un enfant, elle s’est approchée derrière lui et a attrapé une de ses joues tout en lui chuchotant à l’oreille : “Je vais prévenir Mme Armstrong, la voisine. Je suis sûr qu’elle aimera le spectacle.”

Il s’est étouffé avec l’eau et Stacy a ri. Un petit pain viril encore à la main, elle en a collé un autre sur le devant de son short pour palper son serpent légèrement excité. “Oh, ne riez pas. J’ai vu la façon dont elle te regarde. Cette gentille vieille dame est une putain d’excitée.”

Elle rit à nouveau en le relâchant et s’éloigna. “Ne vient-elle pas d’avoir 80 ans ?” demanda Jared, sans plus.

“Quel est le rapport avec tout ça ?” Stacy a rappelé de la pièce d’à côté.

Pendant qu’elle arrosait les roses, il a cassé la ceinture de ses collants. Quelques minutes plus tard, pendant qu’il enroulait le tuyau pour elle, elle lui chatouillait l’intérieur de la cuisse, faisant trembler sa jambe.

Il a reçu une bonne claque bruyante pendant qu’elle sortait le saumon du congélateur de fond. Ses mains étaient humides et glacées lorsqu’elle l’a rattrapé et lui a fait courir sur le dos. Il a glapiqué très fort.
Il l’a poursuivie plusieurs fois autour de l’îlot de cuisine, mais elle n’était pas encore d’humeur à se faire prendre. Il l’a fixée sur le comptoir et s’est retourné pour ouvrir le robinet. Dessinant comme un hors-la-loi du Far West, il a sorti le pulvérisateur et l’a fait rentrer dans la poitrine.

Riant et crachant, elle n’a pas fait grand-chose pour se dégager. Quand il a coupé le pulvérisateur, ils ont tous les deux regardé son t-shirt mouillé.

Ses mamelons durs avaient été visibles toute la matinée, mais maintenant, chaque détail et la délicate houle de ses seins étaient visibles et ces petits points durs étaient dirigés droit sur lui.

Ricanant follement, elle se retourna et s’enfuit. Jared a remis le vaporisateur dans son étui métaphorique et a ajusté son short. Il était cruellement tenté de la renverser et de la prendre. Il était très, très tenté. Il a de nouveau déplacé son paquet.

Mais la journée ne faisait que commencer et le jeune mari et sa femme avaient apparemment trouvé un nouveau jeu à jouer. Cop and Dodge ? Les mains, les mains, les mains ? Serrez et taquinez ? Peut-être qu’ils lui trouveraient un nom. Ou peut-être pas.

***

Vers deux heures, Stacy faisait le lit après avoir fait la lessive. Lorsqu’elle s’est redressée et s’est retournée, Jared était sur le seuil de la porte et la regardait. Ses yeux se levaient lentement de l’endroit où ils avaient brûlé un trou dans son cul retourné.

“On dirait que tu m’as piégée”, dit-elle d’un ton enjoué. Mais alors ses yeux ont espionné la tente dramatique dans son short. Son mari n’était pas seulement enjoué. Il avait l’air prêt à éclater.

“Oh”, dit-elle doucement. L’air crépitait. Toujours à l’entrée de la porte, Jared a poussé son short et l’a jeté sur le côté.

Quand elle vit la belle bite de son homme dans toute sa gloire, lancinante et bougeant infailliblement dans sa direction, le jeu prit fin.

Sa bouche est devenue sèche et ses tétons se sont resserrés. Il lorgna, capable de voir non seulement les points mais aussi toute son aréole gonflée sous sa chemise.

Oh, mon Dieu. Elle savait qu’en quelques secondes, il pourrait voir une marque humide sur ses collants. Sa chatte était baveuse.

Elle en avait fini avec les jeux et maintenant que Jared s’était concentré sur ses bonnets B, elle a lentement relevé l’ourlet de sa chemise. Jared s’est emparé de sa pièce rigide et a juste regardé, en attendant le dévoilement.

Elle voulait voir son œil lorsque ses tétons apparaîtraient. Peu importe le nombre de fois où il les avait vus et ravagés, son homme n’en avait jamais assez de ses parfaites petites paumes de main.

Elle a eu la réaction qu’elle attendait lorsque sa chemise bouclée a fait remonter sa bosse pendant un moment, puis a libéré sa modeste prime avec le subtil et délicieux petit remue-ménage qu’il aimait.

Il serra sa bite plus fort et soupira : “Putain”. Elle a vu une goutte scintillante se former au niveau de sa fente.

Elle a balayé sa chemise sur le reste du chemin et l’a jetée sur le côté. L’air frais et le regard de Jared, qui ressemblait à une torche, la firent frissonner.

Elle se retourna lentement et se pencha à nouveau sur le lit. Elle s’est penchée très bas, la tête baissée et a courbé le dos. Elle a fait le spectacle de faire de petits pas pour élargir sa position, en posant chaque fois son pied d’un petit pas.

Jared la regardait danser, le cul bien serré.

Elle n’a rien dit. Elle s’est installée, les pieds écartés d’un pied environ, et a laissé son derrière la supplier.

Elle a fermé les yeux. Ses pas étaient doux mais le sol grinçait légèrement. Elle frissonna quand il posa la main sur les globes qu’elle lui proposait. Il la frottait doucement en petits cercles.

La tête brûlante de sa queue lui tapait sur la hanche.

Jared fit glisser lentement la ceinture de ses collants. Si lentement qu’elle voulut crier. Elle pouvait l’entendre haleter d’excitation. Son coeur battait la chamade et sa chatte pleurait. Quand l’air frais l’a frappé, elle a gémi et a essayé d’élargir ses jambes contre la tension de ses collants bouclés.

Jared est retourné caresser le cul pâle de sa femme. Sans rien entre sa main et ses joues douces de bébé, elle pouvait sentir les callosités de son travail. La délicieuse et intime friction rendait ses genoux faibles.

Il polit le doux cul de Stacey pendant de longues minutes, faisant remonter le sang à la surface et les rendant d’un rose délicat. Elle devint hypersensible, sentant l’amour de son homme à travers chaque pore.

Il était si doux quand il a fini par mettre en place la grosse tête de sa bite, qu’elle n’a pas eu le temps d’anticiper le délicieux étirement de ses lèvres. Un instant, elle était dans une douce euphorie ; l’instant d’après, la prune de Jared avait glissé devant son ouverture et se trouvait à mi-chemin de son ventre.

“Ohhhhh ! s’exclama-t-elle alors qu’il la remplissait. Ses yeux étaient grands et elle s’est poussée du lit. Jared a mis une main à l’arrière de sa nuque et l’a forcée à redescendre.

Avec sa bite bien enfoncée, il lui donna une grosse claque à son cul rose et picotant.

Au moment du contact, il a senti sa gaine de velours se resserrer. “Putain”, gémit-elle dans la couette.

Jared a tiré jusqu’au bout. L’air frais a léché ses plis humides pendant un moment, puis il est revenu en elle.

Il la gifla à nouveau, plus fort. “Putain, j’aime que ce morceau de douceur m’appartienne”, a-t-il dit. Il a tiré la plus grande partie de la sortie et a rapproché ses jambes avec ses genoux.

La pression est montée en flèche pour les deux. Jared s’est forcé à revenir dans sa femme. “Oh mon Dieu, c’est incroyable !” gémit-elle. Elle s’est tordue les mains dans la couette et a poussé son cul contre lui.

Le frottement humide alors qu’il sciait lentement dans son pot de miel plusieurs fois de plus mettait ses nerfs en feu.

Jared savait que Stacy était prête à entrer en éruption, mais il allait jouer le jeu. Il s’est enfoncé profondément et s’est tenu ici. Il lui a caressé le cul encore un peu plus, avec le même mouvement de frottement doux qu’avant.

Stacy avait l’impression que ses oreilles allaient lui brûler la tête. Elle était toute rouge, haletante et commençait à transpirer. Ses seins étaient serrés et son cœur battait la chamade. Sa chatte était pleine de chaleur humaine et son cul chantait.

Et elle savait exactement ce que son homme allait faire ensuite. Mais elle ne savait pas quand.

On aurait dit une année. Cela a peut-être duré trois minutes. Juste quand elle pensait qu’elle ne pouvait plus supporter cette intense stimulation, Jared Lancaster lui a donné une claque chaude et forte sur son derrière rougeoyant.

Elle a crié “Ah !”; pas dans la douleur mais dans la détente. Il lui a donné une nouvelle fessée, très fort, et l’a frappée avec son bâton du plaisir, et elle est arrivée comme une nova.

“Voilà. Ejacule comme un petit lapin !” Jared a aboyé. Il s’est tenu au fond d’elle en saisissant le sexe et a passé ses mains sur les empreintes qu’il avait faites sur son cul tremblant.

Baise-moi !” cria-t-elle, en se poussant contre son mari. Elle s’est balancée et a baisé. “Allez, fais-moi sauter, bébé. Fais-moi jouir toute la journée.”

C’était sa Stacy. Un bon orgasme dur l’a juste rendue plus humide et plus excitée.

Si jamais Jared était obligé de trouver un défaut à sa femme, il admettrait qu’il souhaitait qu’elle ait les cheveux plus longs. Elle les gardait plutôt courts, jamais assez longs pour atteindre ses épaules. Elle insistait sur le fait que son air était trop raide et indiscipliné.

Mais Jared voulait vraiment qu’une belle et épaisse cascade de cheveux s’empare de lui dans des situations comme celle-ci.

Au lieu de cela, il a dû se contenter de lui bloquer les mains sur les hanches et de baiser sa fiancée avec puissance pendant une demi-douzaine d’autres orgasmes hurlants, en plantant de nombreux coups de main sur son cul parfait en cours de route.

Jared n’a rien expliqué quand finalement, haletant et dégoulinant de sueur, il a tiré jusqu’au bout de la chatte de Stacy, maintenant écumante. Il s’est brièvement branlé, et il s’est déchargé de son sperme puissant sur son cul maintenant rouge. Elle a ressenti chaque impact de manière très vive. Si elle n’avait pas déjà été à mi-chemin de la course lorsqu’il s’est retiré, cela l’aurait certainement fait exploser une fois de plus.
Le temps des petits pots de pâte à modeler a finalement pris fin. Stacy s’est à moitié affalée sur le lit, essayant de reprendre son souffle. Son magnifique mari avait été un peu trop pour elle cette fois-là.

Lorsqu’il s’est mis à rire diaboliquement, elle ne savait pas ce qu’il pouvait bien faire. Il s’est mis à remonter la ceinture de ses collants, en la maintenant retirée et éloignée de ses fesses.

Quand il l’a fait remonter, en la serrant contre sa chatte dégoulinante et gonflée, il l’a laissée se mettre en place. Toujours en riant, il a lissé et caressé le tissu contre ses fesses souillées.

Il s’est penché sur elle et lui a dit doucement : “Chaque fois que je verrai ce cul aujourd’hui, je me souviendrai de quelle sale, sale fille tu es. Nous n’avons pas fini”.

Il est entré en titubant dans la salle de bain, ajoutant par-dessus son épaule : “Et laisse la chemise. Ces petits nichons sont ma prochaine cible.”

Il s’est avéré que Jared n’a jamais remis son short non plus. La tension dans la maison ne diminuait jamais, le couple se livrant à une mauvaise simulation des tâches de la journée.

Le fait que quelques minutes après avoir remonté son pantalon, sa chatte usée avait tellement imprégné la maison que la tache sombre atteignait la moitié de ses genoux n’a pas aidé. Entre le Jackson Pollack sur son cul, un orteil de chameau dégoulinant visible à l’avant et une paire de mamelons durs et hauts constamment en vue, Jared était dur et presque tremblant en moins d’une heure.

Mais c’est Stacy qui a tranquillement enlevé la tenue de yoga en ruine pendant qu’il avait le dos tourné et l’a plaqué sur le canapé, faisant couler sa palourde enflammée sur sa canne et la chevauchant comme Slim Pickens tombant d’un avion.

“Yippee ki-yay, espèce de fabuleux baiseur !” cria-t-elle.

Stacy n’était pas vraiment une cinéphile.

Cliquez sur la photo, fille qui aime tailler des pipes, pour faire une rencontre discrète ! Fille qui aime tailler des pipes