Bonjour, je suis Louise. J’ai 29+1 ans, je suis séduisante, grande, bien faite et mariée à Martin. Nous sommes mariés depuis 5 ans, heureux en ménage. Ce qu’il y a de mieux dans le mariage, c’est que petit à petit, on dépasse la relation sexuelle “normale” et on passe à une relation plus aventureuse. Nous avons atteint ce point après peut-être 2 ans. Au début, c’était des choses simples, comme m’habiller de manière sexy pour lui et l’exciter en m’habillant de manière dévergondée lorsque nous sortions dîner. Il aimait m’exhiber devant les types qui se moquaient de moi lorsque nous allions au restaurant ou au pub. Le sexe sauvage que nous avions en rentrant à la maison était incroyable. Parfois, nous n’avions même pas besoin de sortir. Sans soutien-gorge ni culotte, je m’exhibais devant lui et il me ravageait. Nous aimions tous les deux ça.

Au fil du temps, nous avons introduit de la lingerie sexy dans nos jeux. Son préféré était un body sans entrejambe qui lui permettait de me baiser sans entrave. Mon préféré était un costume de chat en latex. Il y avait une fermeture éclair à l’entrejambe et je serrais mes jambes l’une contre l’autre, ce qui rendait plus difficile l’accès à ma chatte. Au moment où il me dézippait, il était comme un animal sauvage. J’adorais ça. Une nuit, j’ai promis de le sucer s’il mettait la tenue sans entrejambe. Ça ne m’allait pas, alors on a commandé une taille plus grande. J’étais étonnée de la facilité avec laquelle il s’habillait en lingerie, mais bien sûr, il était prêt à tout pour que je le suce.

Les soirées habillées sont devenues sérieuses quand il a dit que ça l’excitait vraiment, même avant que je le suce. On en a parlé et je me suis demandé jusqu’où il irait. Il s’est avéré qu’il est allé jusqu’au bout. En ligne, nous avons commandé une perruque, des bas et des talons hauts pour lui. Je lui ai dit que s’il voulait être une vraie femme, il devait faire l’amour comme une femme. Il a ri et m’a dit : “Comment ça se fait ? Je suis allée sur un autre site et j’ai commandé un gode ceinture. Je lui ai dit que je l’avais commandé. Je ne lui ai pas dit quelle était sa taille. Comme par hasard, le matériel pour femmes et mon gode ont été livrés deux jours de suite. Nous avons décidé de jouer le samedi soir suivant.

Le samedi après-midi, j’ai demandé à Martin d’utiliser le Nair que j’avais acheté pour enlever tous les poils de son corps. Il s’est même rasé les couilles. Puis je lui ai fait utiliser la douche vaginale, que j’utilisais parfois, pour lui rincer l’anus. Nous avons dîné, puis il a pris une douche et je l’ai maquillé. Pas grand chose, juste le contour de ses yeux et un peu de rouge à lèvres. Puis je l’ai envoyé dans la chambre pour qu’il se déguise pour moi. Quand il est sorti, j’étais tellement excitée. Les seules parties visibles étaient ses tétons et sa bite. Elle était dure comme de la pierre. Je lui ai dit de s’asseoir pendant que je me changeais. Très vite, je suis sortie nue, à l’exception du gode ceinture de 20cm que je portais. Les yeux de Martin sont aussi sortis de sa tête.

“Je ne peux pas supporter ça”, a-t-il gémi. Je l’ai regardé d’un air renfrogné : “Je vais t’enfoncer ton cul de chochotte avec ça, mais d’abord, suce ma bite, salope”. Sa bite frétillait car on n’avait pas encore parlé de cette partie. “Mon Dieu, tu as l’air si sexy”, a-t-il dit. Je l’étais aussi. Ma chatte était déjà trempée. Il s’est mis à genoux et a sucé le gode. Je l’ai regardé et je me suis sentie puissante. J’ai deviné que c’était ce qu’il ressentait quand j’étais à genoux pour sucer SA bite. Après plusieurs minutes, j’ai dit “qu’est-ce que tu veux, salope”. Sans une seconde d’hésitation, il a dit “Je veux que tu me baises”. Je n’ai rien dit. “Oh, s’il te plaît, baise ta poule mouillée, s’il te plaît”, m’a-t-il supplié. Qu’est-ce que je pouvais faire d’autre que d’obéir. Il s’est agenouillé en levrette, j’ai mis du KY sur ma “bite” et je lui ai donné ce qu’il demandait. Encore une fois, ce sentiment de puissance m’a envahi et l’a réduit à l’état d’épave gémissant et couinant. Je l’ai ensuite fait se branler pendant que je regardais, puis il m’a léché jusqu’à deux orgasmes terribles. Nous continuons à avoir ces soirées déguisées. Nous aimons tous les deux ça.

Peu de temps après, mon mari m’a dit que, puisqu’il s’était habillé pour moi, je devais m’habiller pour lui. Je n’avais aucune idée de ce dont il parlait. Il m’a emmenée faire du shopping et m’a montré ce qu’on appelle un microkini. En fait, il s’agit de trois petits triangles de tissu maintenus ensemble par des bouts de ficelle. Il m’a incité à en essayer un. Il couvrait à peine mes parties les plus intimes. Dieu merci, je m’épile. Il était très excité, alors j’ai dit oui et il l’a acheté. Le dimanche suivant, nous sommes allés faire un tour à la plage. Moi dans mon microkini et une blouse.

En passant devant notre plage habituelle, nous sommes allés à la suivante qui était une plage où les vêtements étaient facultatifs. J’imagine que je savais ce qui allait se passer. Nous avons marché jusqu’au sable et posé notre serviette. Au bout d’une dizaine de minutes, il m’a demandé d’enlever ma blouse. Je me suis levée et je l’ai enlevée. Il a souri, j’ai rougi et je me suis rapidement assise. “Mon Dieu, tu es si sexy, bébé”, a-t-il dit, avec de la convoitise dans les yeux, “pourquoi n’enlèves-tu pas ton haut ?”. J’ai dit non mais il a continué à me pousser. Finalement, j’ai dit “OK, tu veux que je me montre” et j’ai enlevé non seulement le haut mais aussi le bas, puis je suis descendue au bord de l’eau et j’ai parcouru la petite plage de long en large. Il y avait peut-être quatre ou cinq couples et le fait qu’ils me regardent fixement m’a tellement excitée. Je me suis allongée et mon mari m’a murmuré “c’était incroyable chérie”. J’ai mis ma blouse et sur le chemin du retour, il conduisait et je me masturbais. Nous sommes arrivés à la maison et nous ne sommes même pas allés dans le salon. Nous avons fait l’amour sur le sol du couloir. Ce microkini a été très sollicité cet été-là.

Il a admis que le fait de me voir être convoitée par des gars sur la plage lui donnait encore plus envie de moi. Je ne sais pas si c’est moi qu’ils convoitaient, mais lui, oui, alors je l’ai suivi. Il voulait me regarder dans d’autres endroits. Je lui ai dit qu’être nue ailleurs me ferait arrêter. Il s’est mis à rire. Pas nue, juste “attirante”. J’ai admis qu’être nue sur la plage m’avait rendue super excitée. Nous en avons parlé et il a suggéré d’aller au centre commercial. Il s’assiérait au rayon alimentation et moi, je m’habillerais aussi sexy que possible, je ferais du surplace et nous verrions ce qui se passe. J’étais encore incertaine mais j’ai promis de lui faire plaisir. Nous avons passé en revue mes vêtements. Il a choisi un haut décolleté, une chemise courte, des talons hauts et pas de sous-vêtements. Je dois admettre que le simple fait d’y penser m’a excitée. Je me suis rapidement inscrit sur le réseau social exhib erostocam pour aller encore plus loin. Ca a été la deuxième étape vers un bonheur que je ne soupçonnais même pas. Lisez la suite.

Je me suis maquillée et j’ai regardé le miroir en pied dans le couloir. J’avais l’air d’une prostituée qui se prépare pour un coin de rue. Le mari a attrapé ma main et l’a posée sur son entrejambe. Il était dur comme de la pierre. Nous avons conduit jusqu’au centre commercial. Il est entré le premier pour trouver un point d’observation, puis je suis entré une dizaine de minutes plus tard. J’ai marché jusqu’à l’endroit où il était assis et je suis restée là, faisant semblant de regarder les vitrines. Mon mari m’a dit plus tard que des hommes se bousculaient en me regardant. Puis un type s’est approché de moi : “Combien ?” m’a-t-il demandé. J’ai souri et j’ai dit que j’étais déjà prise, mais que nous pourrions peut-être nous rencontrer plus tard. J’imagine que c’était diabolique car je ne serai pas là plus tard.

Au bout de 30 minutes environ, mon mari s’est approché et a demandé à voix haute, pour être entendu, “combien ?”. J’ai répondu, tout aussi bruyamment : ” Pour toi, chéri, c’est 100 euros pour un rapport sexuel complet “. Il a dit “ok, allons-y” et nous sommes sortis bras dessus bras dessous. Nous nous sommes garés dans un parking souterrain et nous avons fait l’amour dans la voiture. Nous étions tous les deux excités. Il faisait si chaud. Le mari a admis qu’il était excité par les regards que je recevais et en particulier par le gars qui pensait que j’étais une pute et qui a essayé de me draguer. J’ai ri et lui ai demandé “que se serait-il passé si j’avais dit oui à ce type”. Le mari m’a choquée et m’a répondu : “Tant que je peux regarder”. De retour à la maison, nous avions un endroit plus confortable pour faire l’amour : notre lit. J’admets que je me suis demandé s’il voulait vraiment dire qu’il aimerait me regarder avec quelqu’un d’autre.

Cliquez sur la photo, mon mari me force à m’exhiber, pour faire une rencontre discrète ! epouse exhibitionniste