Miranda venait d’avoir vingt et un ans. Avec des yeux bleus noisette, des cheveux blonds doux aux épaules et un sourire qui faisait fondre la plupart des hommes, Miranda attendait ce week-end particulier avec impatience depuis un bon moment. Ses deux meilleurs amis, Joey et Frank, avaient parlé de l’emmener passer une soirée en ville pour fêter son anniversaire. Elle connaissait Joey et Frank depuis des années, sans jamais être intime avec l’un d’eux, bien qu’ils aient certainement flirté et se soient masturbés à plusieurs reprises. Mais au-delà de ça, ils étaient restés simplement amis, bien que très bons. Une chose que Miranda appréciait le plus chez les deux, c’est qu’ils pouvaient partager et discuter de presque tout, se faire confiance pour garder une confidence, et compter l’un sur l’autre chaque fois que c’était nécessaire. Ils avaient tous les deux été à ses côtés après sa rupture très difficile avec son petit ami Steven, quelque chose qui l’avait mise en difficulté pendant plusieurs semaines après avoir découvert qu’il se tapait une des femmes avec qui il travaillait. Quelque chose qui avait été très traumatisant à accepter pour elle, car elle lui avait donné sa virginité peu avant de découvrir qu’il couchait avec une autre femme.

Avec tout ce qu’elle avait vécu récemment, Miranda se réjouissait de passer une soirée divertissante et amusante avec ses deux meilleurs amis.

Ils étaient allés dans l’un des restaurants/bars locaux qui était un lieu de rencontre très populaire. Ils ont commencé par un grand pichet de Margaritas, l’une des boissons préférées de Miranda. Elle s’est rapidement mise dans le bain, passant un bon moment à plaisanter et à rire avec ses deux amis. Lorsqu’elle a appris que c’était en fait son anniversaire, la coutume de cet endroit particulier était de sortir “l’entonnoir de fête” comme on l’appelait. En s’appuyant sur son siège, un des barmans a placé un long et fin entonnoir juste au-dessus de sa bouche tandis qu’un autre, debout sur une grande chaise, versait le contenu d’une boisson d’anniversaire spécialement conçue dans l’entonnoir. Le défi était de voir si quelqu’un pouvait suivre le versement continu jusqu’à ce que tout le contenu de la boisson ait été consommé. Pas vraiment riche en alcool, elle n’était pas conçue pour rendre quelqu’un malade ou se saouler bêtement. Et même si elle avait déjà bu deux verres de Margaritas, Miranda se sentait plus que prête à relever le défi.

Plusieurs autres clients ont commencé à se rassembler autour de leur table alors que le barman commençait à verser la concoction dans l’entonnoir. Joey et Frank ont commencé à scander “Go ! Go ! Go !” pendant qu’elle buvait, suivant miraculeusement le rythme du versement continu. Se renversant très peu sur elle-même, bien qu’un grand sac en plastique ait été drapé autour d’elle pour éviter d’abîmer ses vêtements, la foule a commencé à l’acclamer en lui faisant une ovation pour avoir accompli une tâche que très peu de personnes étaient capables de suivre.

“Impressionnante Miranda !” Joey lui a dit en la félicitant. “Oui, c’est vrai… mais je serais prêt à parier que tu ne pourrais pas refaire ça avec une vraie boisson !” Frank a lancé un défi.

“Eh bien, pas maintenant, je ne pourrais pas !” Miranda admet. “C’était beaucoup de liquide ! Peut-être plus tard,” elle a laissé le défi en suspens.

“Ouais, c’est ça… peut-être plus tard”, taquina Frank. “Comme je l’ai dit, pas moyen avec une vraie boisson !”

Bien qu’elle se sente bien, Miranda était loin d’être ivre. Mais ses inhibitions s’étaient envolées par la fenêtre avec l’ambiance de la fête et elle s’amusait plus qu’elle ne se souvenait de s’être amusée depuis très, très longtemps.

“Mets ton argent là où se trouve ta bouche, Frank ! Combien es-tu prêt à parier que je peux le faire ?”

“Ok…” Frank dit en souriant. “Vingt euros que tu ne peux pas !”

“C’est tout ? Vingt euros ? Allez Frank, tu peux sûrement rendre ça un peu plus intéressant que ça ! Vingt euros ne semblent pas en valoir la peine. Comme je l’ai dit, tu es tellement sûr que je ne peux pas le faire… rendons cela vraiment intéressant !”

Joey s’est réjoui à cette idée. “J’en suis ! Et si nous perdons Miranda ?”

Elle a considéré cela pendant quelques instants, puis a fait un sourire malicieux. “Si je gagne, vous devez tous les deux venir et nettoyer tout mon appartement le week-end prochain. Et je veux dire le nettoyer ! Fenêtres, sols, dépoussiérage, serpillière, tout !”

Soudain, Joey n’était plus aussi enthousiaste qu’il y a une minute. “Je ne sais pas Frank…” a-t-il commencé à reculer d’un pas inquiet.

“Et si nous gagnons alors ?” Frank a lancé un défi à son tour.

“Dis-le !” lui a dit Miranda.

Frank affichait maintenant un sourire encore plus large que celui de Miranda. “N’importe quoi ?”

“N’importe quoi”, a-t-elle répondu, se demandant maintenant si elle n’avait pas mis les pieds dans le plat car l’expression du visage de Frank lui disait qu’il ne pensait pas qu’elle ferait le ménage.

“Ok Miranda, voici le pari alors. Nous perdons, nous nettoyons tout ton appartement. Tu perds, alors tu viens avec Joey et moi dans la cabane de mes parents le week-end prochain.”

Miranda l’a regardé fixement. “Et ? C’est tout ? Tu viens juste à la cabane pour le week-end ?” Frank semblait réellement nerveux maintenant car il commençait manifestement à réfléchir à la véritable signification de tout cela. “Pas exactement. Si tu perds, tu dois faire tout ce que Joey et moi voulons que tu fasses avec nous deux.”

Miranda a regardé son ami avec incrédulité. Ils n’avaient jamais été intimes l’une avec l’autre, à part ce flirt occasionnel et ces chamailleries qui avaient inclus quelques combats de lutte semi-érotiques. Mais au-delà de ça, il n’y avait jamais rien eu d’autre.

“Tu n’es pas sérieux !” a-t-elle répondu en pensant qu’il était en fait en train de plaisanter avec elle.

“Comme tu l’as dit Miranda, mets ton argent là où se trouve ta bouche !”

Elle s’est assise sur son siège en le fixant. Ce n’est pas que Frank et Joey n’étaient pas des hommes au physique attrayant, ils l’étaient. Frank avait un air de garçon qui était très sexy ! Il portait ses cheveux noirs longs en queue de cheval, mesurait quelques centimètres de plus qu’elle et avait des yeux vert noisette séduisants qui pouvaient pénétrer l’âme d’une personne. Joey était le plus grand des deux avec des cheveux bruns clairs plus courts, mais avait la sculpture d’un culturiste bien qu’il ne le soit pas. Plus que tout, Miranda craignait que s’impliquer sexuellement avec l’un ou l’autre ne ruine leur amitié à long terme.

“Si je perds, ce qui n’arrivera pas d’ailleurs, vous devez tous les deux savoir que c’est une chose unique. Je ne veux pas que cela ruine notre amitié”, a-t-elle ajouté sérieusement. “Mais comme je l’ai dit, je n’ai pas non plus l’intention de perdre. Je m’attends à vous voir tous les deux vous présenter à mon appartement très tôt samedi matin, prêts à passer tout le week-end à nettoyer !”

Une fois de plus, Joey a semblé un peu nerveux devant la confiance en soi de Miranda. Ce regard l’a convaincue.

“Ok, c’est un pari !” s’entendit-elle dire.

“Je le jure Pinky !” a répondu Frank.

Depuis toutes les années qu’ils se connaissaient, aucun d’entre eux n’avait jamais rompu une promesse de pinky-swear. Aussi stupide que cela puisse être, c’était la seule chose qui avait cimenté leur confiance entre eux. Frank prenait cela au sérieux, ce qui signifiait que si Miranda allait vraiment accepter le pari, elle devrait jurer de faire tout ce que Joey et Frank lui diraient de faire si elle perdait. Miranda a levé sa main en tendant le petit doigt, s’attendant à ce que Frank et Joey enroulent leurs propres petits doigts autour des siens. Ce qu’elle a aussi réalisé en faisant cela, c’est que la simple pensée de ce que ce pari signifiait si elle perdait l’avait quelque peu excitée.

Frank ainsi que Joey n’ont pas pu s’empêcher de le remarquer non plus. Miranda avait des seins pulpeux et pleins avec des mamelons délicieux et épais. Ils étaient tous deux en érection et appuyaient complètement sur le tee-shirt moulant qu’elle portait, même à travers son soutien-gorge.

Frank l’a surprise en étendant son propre petit doigt, mais au lieu de l’enrouler autour du sien comme elle s’y attendait, il l’a placé légèrement sur l’un de ses tétons, ce qui l’a fait sursauter.

“Ce n’est pas exactement mon petit doigt !” a-t-elle déclaré en se penchant en arrière et en s’éloignant de lui, forçant le doigt de Frank à s’éloigner de son sein.

“C’est maintenant… si tu es vraiment sérieuse à propos du pari !” Il l’a de nouveau défiée. “Tu peux te retirer maintenant si tu veux Miranda. Une dernière chance. Soit tu paries, soit tu te tais !”

En guise de réponse, elle s’est penchée en avant une fois de plus. “Tu peux aussi bien jurer sur mon sein avec ton petit doigt, Joey, parce que je suis sérieuse ! J’ai hâte de vous voir tous les deux porter des gants en caoutchouc et nettoyer mes toilettes !”.

#

Frank avait donné à Miranda des indications faciles à trouver jusqu’à la cabane de ses parents. Alors qu’elle s’engageait dans la longue allée qui s’y dirigeait, elle secoua la tête, incrédule, en pensant qu’elle allait vraiment le faire. Et elle avait été si près de gagner aussi ! Ayant presque descendu tout le pichet de Margarita, le barman que Frank et Joey avaient persuadé de les aider venait de verser le dernier verre dans l’entonnoir quand Miranda s’est soudainement étouffée, sa bouche se retirant avec la dernière goutte de boisson qui l’a soudainement trempée. Choquée, elle a levé les yeux pour voir Joey et Frank aussi stupéfaits qu’elle, jusqu’à ce qu’ils se mettent à sourire en sachant que leurs fantasmes les plus fous étaient sur le point de se réaliser !

Lorsque Miranda a tiré sa voiture dans l’allée semi-circulaire, Joey et Frank sont sortis de la porte d’entrée de la cabane pour la saluer. Prenant le sac de voyage qu’elle avait emballé, Frank s’est même mis à loucher. “Tu ne vas vraiment pas avoir besoin de ça”, a-t-il dit simplement, puis il s’est retourné pour rentrer dans la cabine. Miranda a suivi, tout comme Joey qui semblait beaucoup plus nerveux, presque gêné en fait, que Frank ne l’avait semblé.

Elle avait déjà entendu Frank parler de la cabane de ses parents, mais n’avait jamais eu l’occasion de la voir, bien qu’elle y ait été invitée plus d’une fois.

“Wow ! C’est plutôt sympa !” admit-elle en commençant à suivre Frank dans l’escalier en spirale qui menait à l’énorme étage supérieur. Un grand balcon surplombait le salon du rez-de-chaussée où se trouvait également une énorme cheminée qui occupait presque toute la longueur d’un mur. Arrivé en haut des escaliers, Frank a fait une visite rapide à Miranda, en posant son sac sur l’un des deux lits jumeaux à l’intérieur de la plus petite des trois chambres.

“Au bout du couloir se trouve la chambre principale”, dit-il de façon un peu suggestive avec un clin d’œil et un sourire, laissant entendre à Miranda qu’il avait bien l’intention de la tenir en respect. “Ici se trouve la douche de l’étage, comme tu peux le voir, elle est facilement assez grande pour quatre !” lui dit-il encore une fois en lui montrant que lui et Joey avaient manifestement eu plusieurs pensées coquines. En la conduisant dans la chambre principale, Miranda a vu que l’énorme couette avait déjà été tirée vers le bas, révélant des draps en satin noir qui recouvraient le lit en dessous. Miranda s’est avancée vers le lit en caressant leur douceur.

“Juste pour moi ?” se taquina-t-elle nerveusement. Frank a hoché la tête. “Je les ai achetés pour cette occasion”, a-t-il admis. “J’ai pensé que tu pourrais les aimer.”

Miranda s’est assise sur le lit. “Et maintenant ?” a-t-elle demandé avec un peu d’appréhension. Les garçons se sont retournés en se regardant les uns les autres.

“Eh bien, comme je l’ai dit quand tu es arrivée. Tu n’auras probablement pas besoin de beaucoup de ce que tu as apporté avec toi. Joey et moi allons redescendre et nous préparer des boissons, faire un bon feu pour cette soirée pour que tu n’aies pas trop froid.”

“Trop froid ?”

“Oui, car une fois que nous serons descendus, la première chose que tu feras sera de tout enlever.”

“Oh vraiment !” Miranda a souri, incrédule.

“Oui… vraiment. Pour le reste du week-end, jusqu’à ce qu’il soit temps de quitter Miranda, tu ne porteras aucun vêtement !

Son sourire a disparu. “Tu es sérieux ? Rien ?”

“Rien !” Frank confirma alors que Joey hochait la tête pour appuyer ce que les deux garçons avaient dû discuter et convenir plus tôt. “Alors, on se retrouve en bas quand tu es prêt”, a-t-il terminé en entraînant Joey dans l’escalier.

Miranda est retournée dans la petite chambre, s’asseyant sur le bord du lit alors qu’elle commençait à contempler le fait que ce week-end se transformait vraiment en beaucoup plus que ce qu’elle avait prévu. Honnêtement, elle n’était pas sûre de pouvoir aller jusqu’au bout, mais en se regardant, ou plus précisément en regardant sa main posée sur sa cuisse, elle s’est souvenue du “pinky-pledge” et a su qu’il n’y avait aucun moyen, peu importe ce que ces deux-là inventaient, de lui faire rompre son accord. Miranda n’avait aucune idée de ce qui l’attendait, mais elle pensait que, quoi que les garçons aient inventé, elle pouvait et allait leur montrer qu’elle n’était pas aussi inhibée ou effrayée qu’ils le pensaient. Avec une détermination renouvelée de montrer à Joey et à Frank qu’elle pouvait honnêtement faire face à tout ce qu’ils lui proposaient, elle s’est levée et a commencé à enlever lentement ses vêtements.

L’été avait été assez chaud. Et même si les soirées dans les montagnes avaient encore tendance à être un peu fraîches, ce n’était presque plus le cas maintenant. Miranda était debout et se regardait. Ses mamelons étaient durs comme la pierre, et pas à cause du froid de la montagne. Elle s’est rendu compte qu’elle était vraiment excitée, tout comme elle l’avait été la nuit précédente alors qu’elle était assise à se toiletter dans la salle de bain, en taillant les poils doux et duveteux autour de sa chatte. Miranda avait été surprise de découvrir qu’elle était aussi excitée qu’elle l’avait été en pensant aux “possibilités” qu’elle avait envisagées, se demandant ce que ses deux amies pourraient bien inventer et attendre d’elle. Et ce n’est pas qu’elle n’avait pas, par le passé, entretenu ses propres fantasmes privés concernant ces deux-là, elle l’avait fait. Mais le fait qu’elles n’aient jamais été près d’agir sur une sorte de contact intime entre elles l’a amenée à se demander nerveusement à quoi elles ressembleraient réellement nues, et encore plus amusant, “comment interagiraient-elles toutes les deux avec elle quand elle le serait ?”.

Miranda s’était trouvée extrêmement excitée en considérant les possibilités. Elle avait préparé un petit sac de voyage comprenant une chemise de nuit très sexy et très révélatrice, ainsi qu’une autre pas tout à fait aussi provocante, mais certainement aussi sexy. Elle était ensuite allée dans la salle de bain, avait démarré la baignoire et avait commencé à se tailler la chatte. Le simple fait de faire cela lui a donné des frissons d’excitation lascive.

Testant l’eau qui s’était accumulée à moins de deux ou trois pouces, elle s’est allongée dans la baignoire. Miranda était excitée ! Elle s’est souri méchamment. Elle n’avait pas fait ça depuis plusieurs mois maintenant. Se plaçant sous le robinet, Miranda a écarté ses jambes, posant un pied de chaque côté de la baignoire. Ajustant la force de l’eau pour qu’elle ne soit pas trop forte, elle a fermé les yeux, souriant à elle-même alors que le jeu de l’eau pulsée tombait parfaitement sur elle, taquinant ainsi que stimulant son clitoris. Tendant les mains vers le bas, Miranda a écarté un peu ses lèvres, révélant la dureté de son petit clito de façon encore plus obscène, où l’eau l’embrassait et le caressait maintenant avec une cascade de plaisirs de bain chauds.

Elle avait connu deux petits orgasmes rapides avant de s’installer et de laisser vraiment l’eau qui tombait gifler sa chatte pendant un long moment avant de se laisser enfin succomber à un troisième orgasme extrêmement intense. Le fait qu’elle attendait ce week-end avec impatience, un peu nerveuse, mais surtout curieusement excitée par ce qui pourrait se passer entre eux trois.

Miranda a secoué la tête en se réveillant du souvenir érotique, se forçant à revenir dans le présent. Prenant une profonde inspiration, elle s’est endurcie, pinçant ses tétons tendus, sentant un frisson érotique traverser chacun d’eux. Se déplaçant pieds nus, presque silencieusement dans le couloir vers le balcon, elle s’est appuyée sur la balustrade en regardant la pièce en dessous. Ce faisant, elle a vu les deux hommes assis sur l’un des canapés qui la regardaient, souriant avec impatience.

“Putain de merde !” Joey s’est exclamé comme s’il avait honnêtement pensé que Miranda ne se déshabillerait jamais. “Putain bébé… tu es vraiment belle !”

Miranda s’est réellement sentie rougir à ce commentaire.

Putain de beaux seins !” a-t-il ajouté avec un sifflement grave et profond alors qu’il était assis là à la fixer.

“Oui, ils le sont !” Frank a ajouté en levant les yeux vers elle également. “Miranda ?”

“Oui ?”

“Joue avec tes seins !” Frank lui a dit.

“Quoi ?” a-t-elle demandé, légèrement surprise.

“Tu m’as entendu ! Joue avec tes seins !”

Elle l’a regardé fixement, se sentant à la fois embarrassée et très gênée.

“Tu te souviens ? Le pari ? Tu as dit ‘n’importe quoi’ !”

C’est vrai, et elle l’a fait. Fermant les yeux pour se sentir un peu plus à l’aise, même si elle se sentait extrêmement vulnérable en ce moment, Miranda s’est levée en prenant ses deux seins dans ses mains et s’est tenue au-dessus d’eux pendant que les deux jeunes hommes la regardaient se doigter les tétons.

“Oh oui, c’est bon !” Frank l’a encouragée en continuant. “Maintenant… lèche-les !”

Les yeux de Miranda se sont ouverts.

“Ah huh… tu m’as entendu, maintenant lèche-les !”

Miranda a pris l’un de ses seins dans ses mains, l’a soulevé, laissant sa langue sortir en serpentant timidement pour taquiner son téton. Des frissons érotiques la parcouraient, elle pouvait sentir la moiteur s’accumuler entre ses jambes car la décadence totale de se tenir là, à la vue de tous, pendant qu’elle léchait ses propres tétons était terriblement attirante !

“Dis-lui de jouer avec sa chatte !” Joey a imploré Frank de lui demander de le faire. Il a ri.

“Joey, je ne suis pas le seul à pouvoir lui dire de faire des trucs, tu sais. Elle doit aussi faire tout ce que tu lui dis de faire, tu te souviens ?”.

Joey a laissé cette pensée s’installer pendant un moment, presque surpris qu’il ait le même pouvoir sur Miranda que Frank. “Oh oui… cool !”

Miranda a bientôt alterné, maintenant en train de cuire et de lécher son sein droit pendant que les garçons continuaient à la regarder.

“Maintenant… joue aussi avec ta chatte !” Joey lui a finalement dit en trouvant sa propre voix. Une fois de plus, Miranda n’a pas pu s’empêcher d’ouvrir les yeux, regardant à nouveau dans la pièce comme pour chercher la confirmation qu’ils lui avaient vraiment demandé de se toucher.

“Tu l’as entendu !” Frank a confirmé une seconde plus tard. “Nous voulons te voir jouer avec toi-même !”

Miranda s’était certainement masturbée, fréquemment en fait… surtout ces derniers temps. Mais de toute sa vie, elle ne l’avait jamais fait devant quelqu’un. Pas même son ex-petit ami Steven, bien qu’il ait une fois suggéré qu’elle le fasse pour lui. Miranda a hésité.

“Allez Miranda !” Frank a insisté doucement.

“Ce serait peut-être plus facile pour moi de le faire si vous étiez tous les deux nus aussi, tu sais !” a-t-elle lâché avec audace, essayant de gagner du temps, se demandant si l’un d’entre eux allait vraiment enlever ses vêtements, ou si tout cela n’était qu’un gros bluff pour voir s’ils pouvaient vraiment lui faire faire des choses qu’ils n’avaient jamais eu l’intention ou rêvé qu’elle fasse. C’est alors que Frank s’est levé du canapé et a commencé à enlever ses vêtements.

“J’étais sur le point de le faire de toute façon !” lui a-t-il crié. Voyant que Frank était effectivement en train de se déshabiller, Joey s’est levé et a commencé à enlever ses propres vêtements également. Bientôt, chacun d’eux était aussi nu qu’elle, arborant de magnifiques érections dures alors qu’ils s’asseyaient à nouveau sur le canapé.

“Maintenant… où en étions-nous ? Ou en fait… où étais-tu ?” Frank a taquiné. “Quelque chose à propos de se toucher, je crois ?”

Piégée, avec nulle part où aller à partir de là, elle l’a fait. Abaissant sa main, Miranda a laissé ses doigts se glisser juste à l’intérieur des plis chauds et humides de sa chair. Seulement un peu surprise d’avoir fait cela, elle était suffisamment chaude et excitée pour que le choc initial qu’elle puisse faire une telle chose devant quelqu’un, surtout ses deux amies, ne soit pas aussi grave qu’elle l’avait d’abord pensé. En fait, elle s’est surprise à prendre un malin plaisir à regarder leurs visages pendant qu’elle commençait à se doigter, appréciant les sensations exquises qui enflammaient rapidement sa chatte ainsi que son désir. En regardant dans la pièce, elle a été tout aussi heureuse de voir que Joey et Frank étaient assis là à se masturber, bien qu’ils semblaient le faire sans but et de manière automatisée, leurs yeux restant rivés sur elle alors qu’elle continuait à s’explorer, le faisant maintenant avec beaucoup plus d’abandon qu’auparavant.

“Fais-toi jouir aussi !” Joey a maintenant ajouté qu’il était vraiment dans le coup. “Je veux te voir te faire jouir !”

Même si elle se sentait bien, Miranda connaissait son propre corps. Se contenter de rester là à doigter sa fente, en frottant de temps en temps son clitoris, n’allait pas la faire jouir facilement. Il y avait bien d’autres choses qu’elle aimait faire quand elle prenait vraiment au sérieux son plaisir. Pour y arriver, elle devrait encore plus baisser ses inhibitions, se permettre de bloquer ses deux voyeurs hors de son esprit si elle voulait sérieusement s’accorder le plaisir de vivre un véritable orgasme. Bien sûr… elle pouvait faire semblant d’en avoir un, mais même cela, comme elle ne l’a que brièvement envisagé, semblait être une violation de leur accord. Quelque chose d’aussi simple que de faire semblant d’avoir un orgasme au lieu de le faire réellement était quelque chose que, dans son esprit, la “promesse du petit doigt” couvrait également.

Regarder Joey et Frank se branler l’a aidée cependant. Et la distance qui les séparait encore lui a donné un nouveau courage pour commencer à faire ce qu’ils lui avaient demandé. Miranda a commencé à frapper légèrement ses lèvres avec le bout de ses doigts, sachant très bien que cela commencerait à créer la douceur désirée dont elle avait besoin pour atteindre l’orgasme. Lorsque l’intensité était à son goût, Miranda a augmenté la rapidité et la pression sur les lèvres de sa chatte en se palpant elle-même, en combinant les caresses et les claques sur ses lèvres extérieures et intérieures.

“Oh mon Dieu !” a-t-elle gémi, s’oubliant elle-même et oubliant momentanément qu’elle avait un public.

“Putain oui Miranda ! C’est ça bébé, gifle cette chatte !” cria Joey avec excitation.

Miranda a bientôt atteint ce niveau de plaisir et c’est seulement à ce moment-là qu’elle a changé de tactique, enfonçant maintenant le majeur de sa main droite profondément dans le passage humide et glissant de sa fente. Simultanément, elle a pompé son doigt vers l’intérieur, en le soulevant pour s’assurer que son clitoris gonflé était également stimulé, sa main gauche pinçant, tordant et tirant sur le mamelon enflammé de son sein droit.

“Ouais bébé ! Ouais ! Shit yeah !” Elle a entendu Frank presque crier alors qu’elle se rapprochait de plus en plus de l’orgasme. Miranda a senti l’engourdissement arriver, elle a senti les premiers picotements de l’électricité qui se déchargeaient quelque part au fond de son âme, s’étendant pour rendre brièvement visite à chaque mamelon, surtout celui qu’elle tenait maintenant fermement entre deux doigts, le saisissant comme un étau, tirant dessus et l’étendant vers l’extérieur presque jusqu’au point de plaisir-douleur. Ce n’est qu’alors qu’elle a senti l’abondance de nectar crémeux sembler exploser à l’intérieur de son passage. La chaleur, le liquide nacré cascadait maintenant pour baigner sa main et ses doigts qui battaient la chamade.

Oh Dieu ! Oh Dieu ! Oh Dieu ! Je jouis !” a-t-elle réellement crié, sentant ses genoux faiblir alors qu’elle lâchait enfin sa poitrine, s’agrippant à la balustrade pour se soutenir alors qu’elle laissait son corps s’abandonner à la douceur qui enveloppait maintenant son clito presque trop sensible.

Miranda a explosé d’extase. Bien qu’elle ait finalement retiré sa main du fond de sa fente, elle s’est retrouvée à frotter la douceur de sa peau, ses lèvres gonflées contre la rampe en bois poli comme si elle baisait encore son amant alors que les spasmes de son orgasme diminuaient lentement.

“Putain, c’était bien !” Frank s’est finalement exclamé alors que Miranda se reprenait enfin, se tenant à nouveau droite, sentant la rougeur de l’embarras ainsi que le reflux de l’excitation débridée remplir ses joues.

“Maintenant… descends ici bébé. Joey et moi avons quelque chose à te faire faire !” a-t-il lancé méchamment.

#

Au moment où les pieds nus de Miranda touchaient le sol après avoir descendu lentement les escaliers, Joey et Frank s’étaient levés et marchaient à sa rencontre. Avant qu’elle ne s’en rende compte, Frank l’embrassait, ses lèvres pressées avec chaleur et passion contre les siennes. Miranda a succombé au baiser, nageant dedans, ses yeux se fermant d’eux-mêmes tandis qu’elle laissait la langue de Frank caresser et taquiner la sienne.

La sensation des lèvres de Joey entourant soudainement l’un de ses tétons n’a fait qu’enflammer les braises pas encore froides de sa passion. Sentir ses lèvres sucer doucement son téton a rendu le baiser qu’elle vivait avec Frank d’autant plus sensuel. Lorsque leur baiser s’est enfin brisé, elle n’a pas été surprise de voir Joey attendre son tour pour l’embrasser, ni de sentir les lèvres de Frank capturer le téton de son sein auparavant négligé.

En ce qui concerne Miranda, elle était simplement contente de rester là, d’embrasser chaque homme à tour de rôle et de profiter de la délicieuse sensation d’avoir ses seins léchés et chatouillés simultanément.

“Putain, je suis excité !” Joey s’est finalement exclamé, incapable d’empêcher sa propre passion d’atteindre le point d’ébullition. Frank a ri.

“Ouais, moi aussi. Allez Miranda, retournons sur le canapé maintenant.”

Chacun d’eux a pris une de ses mains, la conduisant vers lui comme s’ils craignaient qu’elle reprenne ses esprits et fasse une tentative de fuite. Ce qui était la chose la plus éloignée de son esprit en ce moment. Excitée comme elle ne l’avait jamais été de toute sa vie, Miranda était très curieuse de voir ce que les deux hommes lui réservaient et, plus important encore, jusqu’où ils comptaient aller.

Jusqu’à ce moment précis, Miranda n’avait pas vraiment eu un bon aperçu de la queue d’un des deux hommes. Alors que Joey la conduisait vers le canapé et s’asseyait, elle a pu voir que sa queue n’était pas aussi longue que celle de Frank, bien qu’elle semblait être un peu plus épaisse autour.

“Que veux-tu que je fasse ?” Miranda a demandé alors qu’il devenait évident que Joey menait à quelque chose.

“Bébé, il y a quelque chose que je meurs d’envie de faire depuis longtemps maintenant. Ce que j’aimerais, c’est que tu branles ma queue avec tes magnifiques seins !” Miranda a presque ri. C’était aussi l’une des premières choses que son “ex” lui avait demandées.

“Qu’est-ce qui se passe avec les hommes et leur fantasme de frotter leur bite entre les seins d’une femme de toute façon ?” a-t-elle demandé en plaisantant.

“Eh bien, regarde-les simplement, Miranda ! Ils sont magnifiques ! C’est pour ça !”

Joey avait déjà commencé à atteindre une bouteille d’huile pour bébé qui se trouvait à proximité. Encore une fois, c’était quelque chose dont les deux hommes avaient probablement déjà discuté et planifié plus tôt. Agenouillée devant lui sur le sol, Miranda a serré ses gros seins autour de la queue de Joey pendant qu’il commençait à verser une quantité généreuse d’huile pour bébé sur ses seins ainsi que sur sa queue.

“Et toi ?” a-t-elle demandé à Frank qui avait déjà une assez bonne idée de ce qu’il voulait.

“Pendant que tu fais ça, je veux que tu me suces la bite !” lui a-t-il dit.

Miranda a ri, “Je m’en doutais un peu”, a-t-elle dit en souriant alors que Frank s’approchait d’elle et qu’elle tirait avec enthousiasme une bonne partie de sa longue queue dure entre ses lèvres.

“Oh putain ! C’est agréable Miranda ! Tes seins sont superbes contre ma queue !” Joey s’est exclamé en frissonnant d’excitation évidente alors qu’elle continuait à presser ses seins l’un contre l’autre en les déplaçant lentement de haut en bas sur la longueur du pénis de Joey avec une grande aide de la surabondance d’huile pour bébé.

“Ça suce bien la bite aussi !” Frank a ajouté avec un peu d’essoufflement dans sa propre voix, ce qui a fait prendre son pied à Miranda en sachant que les deux hommes étaient extrêmement excités, très excités par les sensations qu’elle donnait à chacun d’eux.

Bien qu’elle ait récemment atteint l’apogée, Miranda s’est vite trouvée excitée à nouveau en écoutant les sons érotiques des deux hommes qui gémissaient et gémissaient leur plaisir à ce qu’elle leur faisait, appréciant maintenant le fait qu’elle le faisait.

“Oh putain Miranda, je vais tirer une tonne de crème sur tes seins !”. Joey a annoncé avec plaisir.

Miranda a retiré sa bouche d’autour de la bite de Frank afin de donner toute son attention à Joey. Il était vraiment proche, et elle le savait. Sans même un mot de protestation, Frank a autorisé ce bref entracte, peut-être curieux lui-même de voir Joey déverser son sperme chaud sur les seins de leurs amis.

“Vas-y mon pote !” a-t-il exhorté Joey. “Déverse-le mec, déverse-le sur ses seins !”

Le fait d’entendre cela l’a peut-être poussé à bout. “Vas-y Joey, projette-le partout sur ces beaux gros seins !” lui a-t-elle dit de la voix la plus sulttueuse qui soit. “Donne-moi ça bébé ! Laisse-moi sentir toute cette belle crème chaude couler sur mes seins !”

Ça a marché. En entendant Miranda l’encourager comme elle l’avait fait, Joey a gémi, s’est arqué lorsque le premier jet massif de la tête de sa queue a jailli en l’air, éclaboussant le menton de Miranda.

“Oh yeah ! Oh yeah ! Plus bébé, plus !” Miranda a cajolé en martelant la queue de Joey aussi rapidement qu’elle le pouvait tout en gardant une bonne prise ferme sur lui avec ses seins. Joey a continué à verser ce qui semblait être des litres de crème épaisse et chaude sur sa poitrine, ses seins étant soudainement enduits de cette crème épaisse, qu’elle a commencé à utiliser comme lubrifiant supplémentaire, bien que ses mouvements de baisements de seins aient commencé à ralentir progressivement, tout comme le déversement de l’orgasme de Joey.

“Putain de merde Miranda !” a-t-il finalement réussi, encore essoufflé et appréciant l’aspect des seins couverts de sperme de Miranda.

“Tu as aimé ça, hein ?” dit-elle en riant, trouvant en fait toute l’expérience extrêmement érotique, voire délicieusement délicieuse à voir et à sentir.

Miranda a maintenant tourné son attention vers Frank, tendant la main et la bouche pour reprendre là où elle s’était arrêtée. À sa grande surprise, Frank a reculé juste hors de portée.

“Qu’est-ce que tu fais ?” a-t-elle demandé.

“Non… qu’est-ce que tu fais ?” Frank lui a répondu.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?”

“Dis-moi. Dis-le… qu’est-ce que tu es sur le point de faire ?”

Curieusement, Miranda a regardé directement dans le visage de Frank. Depuis toutes les années qu’elle le connaissait, elle n’avait jamais vu cette expression à moitié folle.

“Je vais te sucer”, a-t-elle dit de manière quelque peu malaisée.

“Sucer quoi ?” lui a-t-il encore demandé.

“Ta queue.”

Frank s’est retiré juste hors de portée une fois de plus. “Pas assez bien, bébé. Dis-le comme si tu le pensais. Dis-moi ce que tu veux me faire,” il a souri en ayant l’air un peu plus lui-même.

Pas vraiment effrayée par ce changement de comportement, Miranda était encore déstabilisée par ce changement, mais elle se rendait compte qu’elle était encore plus excitée maintenant qu’il y a quelques instants.

“Ok”, a-t-elle commencé. “Je vais te sucer la bite, Frank. C’est ce que tu voulais entendre ?”

“Quelque chose comme ça”, a-t-il dit en souriant. “Et que vas-tu faire de mon sperme, bébé ?” a-t-il demandé.

“Que veux-tu que j’en fasse ?” a-t-elle demandé en retour.

“Avale-le”, a-t-il gémi permettant à Miranda de placer enfin le bout de sa langue sur l’extrémité sensible de sa queue. “Maintenant, dis-moi…” a-t-il dit en gémissant toujours alors que Miranda tirait la tête de sa bite dans sa bouche en parlant au fur et à mesure.

“Je vais sucer ta queue jusqu’à ce que tu gicles dans ma bouche, bébé. Puis je vais en avaler chaque délicieuse goutte !” a-t-elle ajouté, serrant soudainement sa bouche autour de lui d’une manière très serrée qui a fait plier ses genoux.

“Oh putain Miranda ! Tu suces vraiment une méchante bite !” lui a-t-il dit avec joie.

Miranda avait commencé à le caresser avec sa main, à le taquiner avec sa langue et à avaler toute la longueur de son manche entre temps. Debout devant elle comme il l’était, Frank a placé ses mains sur sa tête pour la soutenir, mais il a rapidement commencé à tirer sur ses cheveux, baisant son visage alors que son orgasme commençait à approcher rapidement. Elle pouvait sentir ses couilles commencer à se resserrer, sachant qu’il allait bientôt verser sa crème dans sa gorge. Mais elle avait aussi une autre petite surprise qui l’attendait, une surprise qu’elle était raisonnablement sûre qu’il apprécierait. Avec sa main libre, Miranda a réussi à enlever une bonne partie de l’excès d’huile pour bébé qui recouvrait encore ses seins. Plaçant son doigt juste à l’ouverture du cul de Frank, elle a poussé, son doigt glissant soudainement et facilement à l’intérieur de son rectum. Presque immédiatement, Frank a frissonné et elle a su qu’elle était sur le point de recevoir son sperme chaud et crémeux.

“Putain ! Je veux le voir Miranda ! Laisse-moi le voir tirer à l’intérieur de ta bouche, bébé !”.

À contrecœur, Miranda a retiré sa bouche d’autour de la queue de Frank, tout en la gardant ouverte et en trichant un peu alors qu’elle continuait à la chatouiller avec le bout de sa langue. Son doigt continuait à se faufiler dans son cul tandis que son autre main continuait à pomper sa longue queue dure de haut en bas lorsqu’elle a senti la tête en forme de champignon de sa queue se dilater soudainement avant de libérer le premier torrent de jus de joie de Frank.

“Oh putain ! Voilà… ça… ça jouit !” a-t-il annoncé, en jetant un coup d’œil vers le bas alors que Miranda ouvrait sa bouche encore plus largement qu’avant pour qu’il puisse voir le sperme bondir de la tête de sa bite et gicler dans le passage qui attendait avec avidité entre ses succulentes lèvres.

Frank aussi a semblé expulser une quantité massive de crème de sa queue, obligeant finalement Miranda à avaler, ce qu’elle a fait, y compris en enroulant ses lèvres plus complètement autour de sa queue alors qu’elle s’efforçait de le sucer entièrement et complètement sec. Peu de temps après, Frank s’est retiré d’elle de force, titubant jusqu’à une chaise proche où il s’est effondré sans cérémonie, épuisé, vidé mais aussi agréablement surpris.

“Mon Dieu Miranda ! Tu fais vraiment une pipe d’enfer !” a-t-il dit en la complimentant.

“Pourquoi merci !” Elle a souri, laissant un peu de l’excès de crème s’écouler du coin de sa bouche où elle l’a léché avec sa langue, le lui montrant brièvement avant de fermer la bouche, goûtant l’acidité salée du dernier jet de Frank en l’avalant.

Si elle n’avait pas été excitée avant, elle l’était certainement maintenant ! Mais comme les deux hommes venaient de se dépenser, Miranda était raisonnablement sûre qu’il faudrait un temps considérable avant que l’un d’eux soit prêt et capable de satisfaire l’un de ses désirs maintenant brûlants.

“Eh bien maintenant, que penses-tu de ce verre ?” a-t-elle demandé. “Peut-être que d’ici là, vous serez tous les deux prêts à repartir”, a-t-elle ajouté avec espoir. Les deux hommes souriaient.

Frank a tendu la main vers la table d’appoint où il était assis et a brandi une petite boîte.

“Je pense que nous avons tout ce qu’il faut”, a-t-il dit avec un sourire carnassier sur le visage. Miranda a rapidement lu l’étiquette.

“Viagra ? Ce n’est pas juste pour les gars qui ne peuvent pas bander ?”

“Pas exactement”, lui a dit Frank. “C’est aussi génial pour continuer à bander”, lui a-t-il dit, “Même après avoir joui !”.

Miranda a remarqué. Bien que chacun d’eux ait à peine terminé son orgasme, Joey était déjà à nouveau dur comme du roc, et même la queue de Frank semblait rajeunir sous ses yeux.

“Eh bien je le serai !” s’exclama-t-elle, surprise.

“Oui, tu le feras”, lui a répondu Joey en souriant.

“Sera quoi ?”

“Tu vas être baisée bien fort très bientôt ici !” Frank a terminé pour lui. “Mais d’abord, buvons ces boissons !”

#

En fait, c’était plutôt agréable de rester assis là à rire et à plaisanter avec ses deux amis, comme ils le faisaient toujours. Mais cette fois-ci, bien sûr, ils le faisaient tous nus. Même ainsi, Miranda se sentait à l’aise, et bien qu’elle se soit quelque peu calmée, l’humidité entre ses jambes restait un rappel constant qu’elle était raisonnablement toujours excitée aussi, et elle espérait que bientôt les deux hommes lui apporteraient un réel soulagement nécessaire.

“Allons à l’étage”, a suggéré Frank. “Peut-être qu’une bonne douche chaude s’impose”, recommanda-t-il.

Cela semblait effectivement être une bonne idée. La crème de Joey avait maintenant séché et s’était déposée partout sur ses seins. Et bien qu’elle ait aimé la sentir gicler contre elle, elle avait maintenant commencé à s’écailler et à faire plisser sa peau. En plus de cela, l’idée que les deux hommes la lavent et la savonnent lui semblait très attirante.

“Bonne idée !” Miranda leur a dit à tous les deux, en sprintant vers les escaliers alors que les deux hommes se sont rapidement lancés à sa poursuite.

#

Comme elle l’avait prévu et espéré, ils avaient commencé par se savonner mutuellement. Miranda appréciait la sensation de deux paires de mains qui la caressaient tendrement, l’explorant de la tête aux pieds. Ils s’étaient bien sûr attardés pendant un temps considérable, savonnant et re-salissant ses seins. Mais cela ne la dérangeait pas du tout car ils étaient à nouveau tendrement excités, ses mamelons étaient gonflés, érigés et en manque. Elle appréciait aussi la sensation des deux bites, une maintenant dans chaque main alors qu’elle se tenait là, les caressant toutes les deux simultanément, les mains… les doigts taquinant et explorant sa chatte, son cul, ainsi que ses seins.

“Mon Dieu… j’ai besoin d’être baisée !” a-t-elle soudainement annoncé en se surprenant elle-même. “Qui veut y aller en premier ?”

“Sois mon invité Frank,” a permis Joey. “J’aimerais regarder pendant un moment ou deux de toute façon”, a-t-il souri.

Frank a hoché la tête, puis s’est tourné vers Miranda. “Je veux que tu fasses quelque chose de spécial pour moi”, lui a-t-il dit.

“Quoi ?”

“Je te dirai quand ce sera le moment”, a-t-il dit.

Elle l’a regardé avec curiosité, mais n’a pas poursuivi sa réflexion. Frank s’est positionné sur le sol de la douche alors que la chaleur de celle-ci continuait à pulser, frappant sur son dos alors qu’elle se mettait en position pour le chevaucher là sur le sol. Joey s’est rapidement glissé à côté d’eux pour les observer, localisant immédiatement l’un de ses seins qu’il a commencé à caresser et à tordre l’un de ses mamelons durs et raides.

Faisant descendre sa fente très humide sur toute la longueur de la tige de Frank, elle a donné un ou deux coups lents et faciles jusqu’à ce qu’elle l’ait complètement accommodé, sentant la lubrification de sa chatte qui baignait la longueur de sa queue qui reposait maintenant complètement et profondément en elle. Elle a commencé à remonter en se préparant à commencer ce qu’elle espérait être une belle baise longue mais dure.

“Ok Miranda, voici ce que je veux que tu fasses maintenant”, a dit Frank en la figeant sur place.

Elle a arrêté son mouvement à mi-course, se posant une fois de plus sur sa queue où elle sentait la plénitude de son corps la remplir complètement. Elle l’a regardé avec impatience, attendant qu’il termine.

“Fais pipi !” fut tout ce qu’il dit.

“Quoi ?” Miranda était sûre de ne pas l’avoir bien entendu. “Qu’est-ce que tu viens de dire ?”

“Ce que j’ai dit, c’est… Je veux que tu fasses pipi, comme tu es, assise sur moi avec ma queue enfouie en toi. Tu crois que tu peux faire ça ?”

Pour la première fois, Miranda était vraiment sans voix. Elle est restée assise un long moment à contempler sa demande, pas du tout sûre que c’était une demande à laquelle elle pouvait vraiment se plier.

“Tu es sérieux ?”

“Très. Tu penses pouvoir le faire ?” demande-t-il maintenant avec un ton implorant qui était à la fois sincère et très excité.

“Je ne sais pas… peut-être”, a-t-elle réellement envisagé. Elle avait beaucoup bu et n’était pas encore partie, bien qu’elle en ait eu envie plus tôt, juste avant d’entrer dans la douche. Mais comme il n’y avait pas d’intimité, elle avait repoussé l’envie, d’autant plus qu’elle n’était pas devenue intolérable au point d’avoir hâte de le faire plus tard. “Tu veux vraiment que je te pisse dessus avec ta queue dans ma chatte ?”

“Dis “chatte””, corrige-t-il. “C’est un mot un peu plus coquin et j’adore entendre une femme le dire, surtout quand elle est excitée.”

Miranda a réellement ri bien qu’elle rougissait déjà de la demande vulgaire, mais méchamment intéressante, qu’on venait de lui faire.

“Donc… tu veux que je… pisse sur ta queue pendant qu’elle baise ma chatte. C’est ça ?”

“C’est à peu près tout !” Frank lui a répondu. “La question est : peux-tu le faire ?”

“Pour être honnête Frank, ce n’est pas exactement quelque chose que j’ai déjà envisagé de faire avant, je ne suis même pas sûre de pouvoir le faire dans ces circonstances”, lui a-t-elle avoué ouvertement.

“Essaieras-tu au moins Miranda ? J’aimerais vraiment le sentir. Cela a toujours été l’un de mes plus grands fantasmes, et un que je n’ai jamais cru que j’aurais un jour la chance de faire. Mais… puisque tu as accepté de faire “n’importe quoi”, je me suis dit que c’était peut-être la meilleure chance que j’aie jamais eue d’en faire l’expérience !”

“Eh bien, pas de promesses. Mais bon… je vais essayer. Si c’est vraiment ce que tu veux que je fasse,” dit-elle toujours sceptique.

“Oh, je le veux ! Je le veux vraiment, vraiment !” l’implora-t-il.

Miranda a commencé à se concentrer, bien qu’elle ait eu beaucoup de mal à le faire avec une queue épaisse et dure enfoncée dans sa chatte.

“Ne bouge pas ! C’est déjà assez dur comme ça !” dit-elle. Frank a gloussé.

“Quoi ? Ma bite ? Ou tu essaies de faire pipi dessus ?” “Les deux !” Miranda a ri en retour, puis a senti le premier petit filet d’urine qui s’échappait. “Mince ! Peut-être que je peux après tout !” s’est-elle exclamée avec surprise, se concentrant une fois de plus, sentant soudain la force du minuscule filet augmenter jusqu’à ce qu’elle laisse échapper un jet complet d’urine chaude et vaporeuse.

“Putain !” Frank gémit de façon audible. “Mon Dieu Miranda ! Tu es en train de le faire !”

“Elle fait vraiment pipi sur toi ?” Joey a soudainement demandé en essayant de jeter un coup d’œil pendant qu’elle le faisait.

“Oh oui, bon sang… Mon Dieu Joey, tu devrais vraiment essayer ça un jour ! C’est vraiment génial !”

“Oui… c’est vrai,” se surprend à dire Miranda, “Il y a quelque chose de vulgairement obscène qui devient vraiment très excitant pour moi !”

Miranda a commencé à se tripoter le clito, le taquinant avec le bout de son doigt, s’écartant un peu d’une main pendant qu’elle frottait le bouton de chair nacré, tout en réussissant à laisser échapper un jet d’urine autour de la queue dure et gonflée de Frank qui palpitait maintenant, se balançant d’avant en arrière dans son ouverture humide et serrée pendant qu’elle continuait à lui pisser dessus.

“Ça devient plus facile ?” a-t-il demandé.

“Non. Mais d’une certaine façon, ça aide aussi à faire durer le plaisir beaucoup plus longtemps. Ça, et le fait d’essayer de se concentrer sur deux… non, disons trois choses à la fois ici est extrêmement intéressant !”

Miranda faisait tournoyer son clito rapidement alors que Joey se plaçait derrière elle, prenant ses deux seins dans ses mains, commençant à pétrir et à jouer avec ses tétons de la taille d’un dé à coudre.

“Oh oui, c’est bien Joey ! Maintenant, tire dessus un peu plus fort, pince-les un peu.”

Il a commencé à faire cela. “Oh oui, parfait ! Continue à jouer avec eux comme ça !” lui a-t-elle dit.

“Ok Frank… MAINTENANT tu peux me baiser !” Elle l’a presque supplié en continuant à faire gicler sa queue, en frottant son clitoris et en appréciant la sensation de sa tige dure et ferme qui commençait à monter encore plus profondément en elle.

Avant même de savoir ce qui se passait, Miranda a commencé à jouir. Elle a ressenti ce petit picotement familier, suivi presque immédiatement d’une explosion terrifiante qui l’a prise complètement par surprise. Elle avait déferlé sur elle avec une rapidité étonnante, et une intensité encore plus surprenante. Peut-être était-ce dû à sa concentration, au stimulus supplémentaire du pénis de Frank qui revenait dans sa chatte au même moment, ainsi qu’aux mains et aux doigts de Joey qui avaient habilement joué avec ses seins et ses mamelons super sensibles. Quelle qu’en soit la raison, Miranda s’est autorisée à crier de joie délicieuse, le cri trouvant son propre chemin hors de sa gorge alors que des milliers de petites étoiles blanches explosaient soudainement dans sa tête.

Elle a peut-être perdu connaissance momentanément, elle n’en était pas vraiment sûre. Frank n’avait pas encore joui et continuait à entrer et sortir lentement de sa chatte, bien qu’il n’ait manifestement pas l’intention d’atteindre l’apogée, mais plutôt de lui permettre de redescendre doucement de l’endroit où elle s’était envolée.

“Que dirais-tu de t’essuyer et d’aller dans la chambre ? Je sais que Joey ici présent meurt d’envie de se faire sucer la bite, et pour ma part, ça ne me dérangerait pas de manger une petite chatte. En fait… je veux manger une bonne partie de cette chatte !” dit-il en la pénétrant rapidement une demi-douzaine de fois. “Et peut-être que nous ferions mieux de faire ça rapidement avant que je décide de finir en toi, ici… maintenant !” il a ajouté une fois de plus en baisant sa chatte deux ou trois fois rapidement.

“Je ne sais pas Frank. Continue à faire ça, et je pourrais bien te garder ici, je me rapproche déjà d’un autre !”

“Hé !” Joey s’est exclamé avec un froncement de sourcils sur le visage. “Je crois que c’est vous deux qui avez eu tout le plaisir. Maintenant, c’est mon tour !” a-t-il presque exigé.

“Je pense que nous ferions mieux d’y aller”, lui a chuchoté Frank. “Avant que le pauvre Joey n’explose !”

Et Miranda a vu à la vue des choses, qu’il pouvait très bien le faire aussi !

Ils se sont rapidement retrouvés dans la chambre, vautrés confortablement sur les doux draps de satin. Comme Frank avait voulu le faire, il s’est placé entre les jambes de Miranda, les écartant, et a passé beaucoup de temps à simplement regarder sa douce et pulpeuse quim. Finalement, il a commencé à la lécher doucement, prenant le temps d’introduire sa langue dans son clitoris à moitié caché avant de l’exposer encore plus complètement avec ses doigts, lui donnant un welcum beaucoup plus correct.

À présent, Joey s’était agenouillé à côté de sa tête sur le lit, où Miranda s’était retournée pour prendre sa tige dure comme de la pierre dans sa bouche, le sucer et prendre la plénitude de son corps presque entièrement dans sa gorge.

“Mon Dieu… elle suce vraiment bien les bites, n’est-ce pas ?”

“Putain oui, elle le fait !” Frank a répondu, le plat de sa langue toujours enfoncé dans la rainure bordée de fourrure de sa fente, avec une langue épaisse même lorsqu’il parlait. “Et sa chatte a aussi un goût très sucré !” Il a ajouté en lui donnant un long coup de langue, terminant avec ses lèvres qui capturent son clito et le sucent brièvement. Miranda a gémi, gémi autour de la queue de Joey, donnant à sa queue un frisson inattendu.

“Quoi que tu viennes de lui faire… fais-le encore ! J’ai aimé ce qu’elle vient de faire à ma queue quand tu as fait ce que tu viens de faire !”.

Après cela, c’est devenu un peu un match “tag-team”. Juste au moment où Miranda pensait qu’elle était sur le point d’exploser, les gars changeaient de place, et soudain tout recommençait à la case départ. Avec Joey qui lui lèche maintenant la chatte, la sensation est légèrement différente de la façon dont Frank lui chatouille la fente avec sa langue, mais il y a juste assez de différence d’intérêt pour que ce soit toujours excitant pendant qu’elle s’adapte au nouveau style et à la nouvelle technique. Même les différences subtiles entre les bites des gars, leur taille… leur forme, étaient suffisantes pour ajouter un stimulus supplémentaire à son propre niveau d’excitation, qui changeait constamment, s’intensifiant continuellement, de sorte que Miranda savait qu’avec le temps, elle atteindrait bientôt l’orgasme, peu importe qui lui faisait l’amour. Ses plaisirs s’étaient déjà intensifiés jusqu’au point d’ébullition, si bien qu’elle s’efforçait maintenant de forcer la bite de Frank à jaillir au moment où elle sentait sa propre chatte se liquéfier de plaisir.

Quelques secondes plus tard, c’est ce que faisait Miranda. Et alors qu’elle commençait à monter en spirale vers les étoiles, elle a su en un instant que cela allait être l’un de ces moments très “spéciaux” qu’elle avait si rarement. Elle a brièvement pensé à prévenir le pauvre Joey de ce qui l’attendait, mais comme l’extase prenait le dessus, elle a décidé de le laisser le découvrir par lui-même.

Miranda a gémi, elle a senti non seulement la lubrification supplémentaire qui humidifiait encore plus sa chatte, mais aussi le torrent de crème de sperme féminin qui a fait irruption comme une coulée de lave volcanique, jaillissant du fond de sa chatte, les parois de son vagin expulsant soudainement un torrent de crème de sperme féminin riche et mousseux. Le son de la surprise de Joey atteignait ses oreilles, mais sa langue poignardait maintenant, la pénétrant encore plus profondément alors qu’il commençait à dévorer le nectar doux comme du miel qui continuait à jaillir de sa propre chatte, et dans sa bouche avidement sucrée.

Entendre et voir tout cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la bite de Frank. Les douces lèvres de Miranda le rendant presque fou, il a fait un effort, sentant la première pression du jisim qui sortait du bout de sa queue et inondait sa bouche. Avec avidité, elle a commencé à avaler chaque giclée de son fluide tandis qu’il continuait à le pomper en elle, égalant la force et le rythme de ses propres éjaculations féminines qu’elle continuait aussi à produire, noyant presque le pauvre Joey qui luttait pour boire à la fontaine de sa jeunesse.

Peu après, ils se sont tous effondrés sur le lit, vidés, épuisés par leurs efforts. Le mélange de fluides avait tellement saturé les draps qu’il ne restait plus qu’une tache humide dans laquelle se rouler.

“Je pense… qu’il est temps de préparer le dîner, d’avoir quelque chose à manger avant de reprendre les choses en main,” annonce Frank.

“Je pense que nous aurons tous besoin de nos forces plus tard”, approuva Miranda.

Joey sourit : “Tu peux le redire. Bon sang, nous n’avons rayé que quelques articles de notre liste !” s’exclama-t-il.

“Liste ? Quelle liste ?” demanda Miranda. “Tu veux dire que vous vous êtes vraiment réunis et que vous avez fait une liste des choses que vous vouliez faire ? Où est-elle d’ailleurs ?” a-t-elle demandé.

Ils se sont dirigés vers le rez-de-chaussée où Frank a sorti un bloc sténo qui avait été collé sous une pile de magazines posée sur la table basse. Miranda a commencé à feuilleter le classeur, ses yeux devenant soudainement larges à l’occasion, souriant à d’autres.

“C’est pour quoi faire les bananes ?” Joey a fait un large sourire.

“Demain, nous avons pensé que ce serait bien de te transformer en un banana split !” Frank a ri, appréciant sa propre blague.

“Eh bien, ça explique certainement aussi les cerises au marasquin alors !” ajoute-t-elle en balayant la liste, c’est alors qu’elle remarque le titre en haut et rit. “La liste des choses à faire de Miranda ?”

“Qu’est-ce que je peux dire ?” Frank a souri. “Nous avons beaucoup réfléchi à tout ça !”

“Je vois ça. Quelqu’un a un stylo que je peux emprunter ?” demanda Miranda.

“Pour quoi faire ?”

Elle a souri. “Eh bien en fait, il y a une ou deux choses que j’aimerais essayer tant que nous sommes ici. Bon sang, après tout ce que nous venons de vivre, je suppose que c’est le moment de découvrir quelques trucs, tant que nous sommes tous des participants volontaires !”

Miranda commença à écrire alors que Joey et Frank se pressaient autour d’elle pour voir ce qu’elle écrivait.

“Baise-moi !” Joey s’est exclamé après avoir lu un ou deux de ses commentaires.

“Seulement si tu as un gode-ceinture que je peux emprunter”, lui a dit Miranda. “Nous essaierons peut-être ça la prochaine fois !”

“Eh bien, voyons ce dîner, que diriez-vous d’un peu de vin pour accompagner ?” Frank lui a demandé. “Un steak, ça te va ?”

“Ça a l’air délicieux !” Miranda a répondu en s’étirant sur le tapis d’ours qui se trouvait devant le feu prêt à être allumé. “Et qu’est-ce qu’il y a comme dessert après ça ?”

“C’est toi !” ont dit les deux hommes presque à l’unisson. Juste là où tu es en fait !” ajouta Frank. “La soirée va être très longue et très épuisante, j’en ai bien peur.”

“J’espère que tu as apporté beaucoup de ces petites pilules bleues avec toi”, a répondu Miranda en la taquinant. “Et… beaucoup de gelée KY pour moi. Je pense que je vais en avoir besoin !”

“Juste derrière toi, là, sur le sol”, dit Joey en pointant du doigt. “Comme nous l’avons dit plus tôt, nous avons déjà prévu une grande partie de tout cela.”

“Je vois ça !” Miranda a souri, faisant glisser un doigt taquin dans sa fente alors que les garçons restaient bouche bée devant elle. “Vous feriez mieux de vous dépêcher de dîner, ou je pourrais bien commencer sans vous”, plaisanta-t-elle en continuant à doigter délicatement son quim qui s’humidifiait rapidement.

“Vas-y,” lui a dit Frank. “En fait Miranda, je veux te voir jouer avec toi-même pendant que nous préparons le dîner. Ce qui me rappelle que je t’ai acheté un autre cadeau aujourd’hui. Quelque chose que je pense vraiment que tu vas apprécier.”

“Qu’est-ce que c’est ?” demande-t-elle.

Frank descendit sous le comptoir et sortit une boîte de taille plutôt agréable. “Désolé, ce n’est pas emballé dans un papier cadeau ou autre”, dit-il en le lui tendant. Elle a jeté un coup d’œil dessus et a ri.

“Tu sais, j’ai toujours voulu essayer un de ces produits.”

“Eh bien, c’est ta chance !” dit Joey. “Comme Frank l’a dit, allonge-toi, amuse-toi pendant que nous préparons le dîner et que nous nous amusons à te regarder !”

Miranda s’est assise en reposant sa tête contre le siège du canapé. Elle a soulevé le jouet de couleur blanche de sa boîte. “Hmm, Le Papillon”, a-t-elle lu. “Intéressant !” Elle a remarqué que ce qui semblait être un papillon déployant ses ailes s’adapterait apparemment parfaitement à côté de son clitoris, la longueur du jouet vibrant lui-même étant profondément enfouie en elle.

“C’est pour ça que je te l’ai acheté”, dit Frank. “J’ai pensé que tu aimerais l’essayer. Et en plus, c’est une autre de ces choses sur la liste là-bas,” ajouta-t-il avec un clin d’œil diabolique.

“J’ai dû rater celle-là”, a-t-elle répondu en retournant toujours le nouveau jouet dans ses mains. “À quoi servent ces perles de toute façon ?” a-t-elle demandé en remarquant qu’une partie du jouet en forme de pénis avait une section de perles apparaissant à travers une partie transparente du gode.

“Oh… elles tournent pendant qu’il est à l’intérieur de toi”, a expliqué Joey.

“Oh vraiment ?”

“Vas-y, essaie-le Miranda !” lui a-t-il dit. “Le dîner va durer un moment encore, alors autant faire un essai.”

“Je pense que je vais faire ça”, dit-elle en allumant le jouet de baise. “Oh mon… puissant n’est-ce pas ?” dit-elle en le sentant vivre dans sa main. “Merde les gars… je n’aurai même pas besoin de vous deux après avoir reçu ça !”.

“Eh bien, peut-être pas après ce week-end, mais tant que tu es ici… tu dois toujours faire tout ce que nous te disons de faire, tu te souviens ?”

“Ah huh…” Miranda a ronronné en commençant à glisser la manette à l’intérieur de sa chatte qui palpite maintenant.

#

Après le dîner et plusieurs autres verres de vin, Frank avait allumé un bon feu qui a rapidement rendu la pièce presque inconfortablement chaude, bien que la nuit se soit considérablement refroidie. Il avait également éteint toutes les lumières de sorte que la seule source d’éclairage provenait désormais du feu devant lequel ils étaient tous les trois allongés.

“Alors… que se passe-t-il ensuite ?” Miranda a demandé, sentant déjà son désir revenir, tout comme les gars avec l’aide de la réserve de petites pilules bleues qu’ils avaient eu la délicatesse d’apporter depuis longtemps. La queue de Frank était déjà dure et ferme avec l’attente des choses à venir. Elle a paresseusement tendu le bras et a commencé à jouer avec celle de Joey, qui a rapidement commencé à retrouver sa taille normale et rigide.

“Où est ce KY ? demanda Frank. “Parce que nous sommes à l’endroit où nous allons vraiment en avoir besoin !”

“Comment ça ?” demanda Miranda.

“Eh bien, disons que nous sommes sur le point de te baiser simultanément”, lui a dit Frank. “Rappelle-toi Miranda, tu as accepté… ‘n’importe quoi’ !”

Maintenant, elle était un peu nerveuse et avait un peu d’appréhension. “Vous allez vraiment me faire faire ça, n’est-ce pas ?” leur a-t-elle demandé.

Ils souriaient tous les deux, fêtant déjà leurs bites avec impatience.

“Ok, alors où est la gelée KY déjà ?”

Joey l’a rapidement trouvée, la passant à Miranda. Frank a commencé à rouler un préservatif sur sa queue, peu après avoir appliqué une généreuse portion de KY sur sa queue maintenant couverte de préservatifs.

“Comment allons-nous faire ça ?” a-t-elle demandé avec curiosité.

“La meilleure façon de commencer est sans doute que Joey s’allonge. Une fois qu’il l’a fait, alors vas-y et grimpe sur lui. Une fois qu’il est à l’intérieur de toi, reste tranquille et laisse-moi faire les choses à partir de là,” explique Frank.

“Ok… mais doucement et lentement, d’accord ? Je n’ai jamais eu de bite dans mon cul avant Frank, et je vais être honnête avec toi. Jurement rose ou non, je ne suis toujours pas sûre de pouvoir faire ça !”

“Eh bien, tant que tu essaies honnêtement Miranda, alors je pense que le pinky-oath aura été accompli. Mais je suis raisonnablement sûr que ça va marcher. Et je te promets que je vais y aller doucement et lentement ! Ne panique pas et ne t’angoisse pas trop à ce sujet. Si tu as besoin que je m’arrête et reste immobile pendant une minute ou deux, dis-le et je le ferai. Mais finalement, tu vas t’y habituer et tu pourras prendre de plus en plus de ma queue dans ton cul.”

Quelque peu craintive même à ce moment-là, Miranda a monté la queue de Joey en la sentant glisser facilement en elle. Une fois qu’il s’est enfoui jusqu’à la pointe, elle a senti que Frank appliquait une autre généreuse portion de KY sur son ouverture anale encore très serrée. Il s’est agenouillé derrière elle et a glissé le bout de son doigt à l’intérieur où il a continué à enduire et à lubrifier son cul, tout en commençant à étirer et à élargir le passage avec précaution.

“Hmm, ce n’est pas si mal”, admet Miranda en appréciant le chatouillement de son doigt à l’intérieur d’elle, surtout avec la queue de Joey reposant confortablement et entièrement dans sa chatte dégoulinante.

Satisfait du progrès qu’il avait fait, Frank a finalement retiré son doigt du beau cul de Miranda, faisant un pas autour d’elle et derrière elle où il s’est agenouillé, plaçant la tête de sa bite sur la petite ouverture froncée. Il a commencé à appuyer, sentant le bout de sa bite s’introduire avec précaution. Miranda a gémi.

“Tu veux que j’arrête ?” lui a-t-il demandé.

“Non, c’est bon… je te le ferai savoir si tu en as besoin”, lui a-t-elle assuré. “Fais-moi confiance !”

Frank a poussé un peu plus fort, s’arrêtant momentanément pour voir comment Miranda s’en sortait, mais elle semblait aller très bien. Il a poussé un peu plus, a senti l’anneau intérieur se dilater soudainement, permettant une bonne entrée de deux ou trois pouces à l’intérieur de son cul serré et serré.

“Ça va toujours ?”

“Oui… mais plus lentement maintenant. Je pense que je commence à m’y habituer,” lui dit-elle.

Il a pris son temps avec elle, et a fini par introduire presque toute la longueur de sa tige dans son cul. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il est resté immobile, lui permettant de s’adapter plus complètement à l’intrusion jusqu’à ce qu’enfin, ils ont tous les deux senti que ses muscles internes se détendaient, lui permettant un mouvement beaucoup plus libre alors qu’il commençait à lui faire avaler de petites poussées rapides d’avant en arrière en elle.

“Comment te sens-tu ?”

“Ça fait du bien !” a-t-elle répondu en gros.

“Ok Joey, je pense que tu peux commencer à la baiser aussi maintenant !” Frank lui a dit.

Alors que Joey commençait à faire entrer et sortir lentement sa propre queue de la chatte de Miranda, Frank a commencé à coordonner son rythme toujours peu profond, mais légèrement plus rapide jusqu’à ce qu’il puisse sentir la pression de la queue de Joey contre sa queue alors qu’ils coordonnaient leurs mouvements pour entrer et sortir de ses deux passages.

“C’est comment maintenant ?” Frank a demandé à nouveau.

“Oh mon Dieu !” Miranda s’est exclamée, “Putain de fantastique !”

“Tu aimes ça alors ?” Frank a demandé en se poussant complètement et profondément dans elle d’un seul coup.

“Putain oui ! Oh mon Dieu ! Putain oui !” a-t-elle réellement crié.

“Qu’est-ce qu’on te fait ?” Frank a insisté, sentant une fois de plus la chaleur de la passion envahir ses sens.

“Me baiser !” répondit Miranda.

“Oui, c’est ce que nous faisons. Mais comment est-ce qu’on te baise ? Qu’est-ce qu’on te fait Miranda ?”

“Vous baisez mon cul… ma chatte. Ma chatte !” Elle a modifié elle-même en se souvenant. “Vous baisez ma putain de chatte humide, et mon putain de cul serré !”

“Tu en veux encore ?” Frank a demandé en s’enfonçant encore plus profondément, plus fort dans cette ouverture maintenant glissante. Joey s’était levé et avait pris chacun des seins de Miranda dans ses mains, tordant et tirant presque douloureusement sur ses tétons, sa queue la pénétrant par en dessous aussi puissamment que celle de Frank glissait en elle par derrière.

“Oui ! Oui ! Baise-moi Frank ! Baise-moi Joey ! Baise-moi, vous deux belles bites ! Baise-moi !”

Frank s’est levé et a pris une poignée de cheveux de Miranda dans sa main, lui faisant passer la tête en arrière où il s’est penché, l’embrassant fort et à pleine bouche.

“Tu aimes la façon dont ma queue se sent en toi ?” a-t-il demandé en regardant ses yeux sauvages. “Tu aimes la sensation de la bite de Joey qui glisse contre la mienne pendant que nous sommes assis ici à te baiser ensemble ?”

“Oui ! Oui !” a-t-elle gémi encore et encore, pleurant presque maintenant avec l’avant-dernière intensité du moment. “Ta queue… ta queue… ta queue… c’est si bon dans ma chatte, mon cul… Oh mon Dieu oui… baise ma chatte, baise mon cul… baise-moi !” elle a crié assez fort pour qu’un écho se fasse entendre dans le couloir de la cabine. “Baise-moi fort !” a-t-elle crié une fois de plus. “Putain, je vais jouir !”

Une fois de plus, le con de Miranda a explosé avec la même décharge blanche comme du nectar qu’auparavant, bien que si quelque chose, encore plus maintenant qu’elle l’avait fait alors. Le jet de son jus de chatte a poussé sur la tige de Joey, la brume de son sperme féminin baignant ses couilles, les recouvrant de la substance nacrée de son orgasme, alors même que Frank criait, enfonçant sa queue aussi profondément qu’elle ne l’avait jamais fait dans son cul, la maintenant là alors qu’il commençait à déverser son propre plaisir, remplissant le réservoir du préservatif jusqu’à le faire déborder.

Joey aussi a commencé à jouir, ses propres jets de sperme s’enfonçant profondément dans la chatte de Miranda, ses jus se mêlant et se mélangeant aux siens qui continuaient à se déverser comme si la quantité et la durée de son extase ne cessaient jamais.

Frank s’est finalement retiré du cul de Miranda, enlevant le préservatif de sa bite, versant le contenu de son jisim sur l’arrière de son cul où il a commencé à le frotter dans sa chair comme s’il s’agissait d’une lotion apaisante.

Miranda commençait tout juste à se calmer lorsque le deuxième d’un autre puissant orgasme a commencé à la déchirer. “Oh mon Dieu ! Gifle mon cul Frank ! Gifle mon cul… fort !”, criait-elle une fois de plus, en chevauchant la queue encore raide de Joey, même s’il venait de finir de dépenser le reste de la crème de sperme qu’il avait réussi à produire dans sa chatte presque trop glissante.

En fait, Frank lui a donné une fessée peut-être plus forte qu’il ne l’avait prévu, mais Miranda n’a fait que crier de plaisir supplémentaire, la douleur de la piqûre devenant plaisir à mesure qu’elle s’intensifiait, puis rejoignait sa chatte déjà palpitante alors qu’elle se dirigeait rapidement vers un troisième, puis un quatrième et riche orgasme. Frank a glissé son doigt à l’intérieur de son cul comme elle l’a fait, il a senti son cul se resserrer, emprisonnant son doigt à l’intérieur et le maintenant là. Le son de son cri perçant a rempli la nuit où elle s’est effondrée quelques instants plus tard sur Joey, qui était déjà parti dans un autre univers. Frank s’est allongé à côté d’elle, ses mains caressant doucement son corps alors qu’elle faisait de faibles tentatives pour essayer de revenir à elle.

“Repose-toi, bébé, repose-toi. Nous avons encore tout un week-end devant nous pour en profiter !” a-t-il chuchoté de façon apaisante à son oreille. “Et nous n’avons encore qu’effleuré la liste”, a-t-il dit en riant doucement. “Bien que je pense que nous devons encore discuter de ce point que tu as écrit”, lui a-t-il dit. “Et en plus, c’est nous qui avons gagné ici, je ne suis pas sûr que ta demande tombe sous le coup de notre accord rose.”

Miranda a ouvert les yeux en tournant la tête vers lui. “Toi et Joey faites ça pour moi, et tu peux m’avoir, n’importe quand, n’importe où, n’importe quand”, a-t-elle déclaré en ayant à peine le souffle pour le faire.

“Nous en parlerons”, dit Frank en souriant. “Bon sang, qui sait ? Après ce week-end, tout est possible !”

Cliquez sur la photo, perdre un pari pour avoir une double pénétration, pour faire une rencontre discrète ! double penetration trio sexe